Kodama, Yuki. Blood Lad, tome 6

Lors de son face à face avec Wolf Daddy, Blaz déclare la guerre à ce dernier, le menaçant de connaître la personne idéale pour prendre sa succession. Pendant ce temps, Staz parvient à rejoindre Fuyumi, enlevée par la famille Hydra. C’est alors que Neyn, la mère de Bell, fait une surprenante révélation concernant Fuyumi et son lien avec la famille Hydra.

Suite de cette série qui nous permet de suivre cette fois-ci une double trame. D’un côté, ce qui arrive à Blaz, alors qu’il répond de ses crimes devant le roi Wolf Daddy, et de l’autre, ce qu’il advient de Staz, alors qu’il vient de pénétrer la demeure des Hydra. Une double trame qui permet de faire avancer l’intrigue de manière assez efficace, en se concentrant sur deux aspects différents du récit : les motivations de Blaz et la mission que s’est fixé Staz. Deux histoires qui semblent destinées à se rejoindre à un moment ou un autre.

Les personnages sont plutôt bien mis en scène, et leur psychologie est assez bien ébauchée. Reste que le récit a pris une teneur qui s’est peu à peu éloignée de ses débuts, où on découvrait encore le monde des démons, pour se lancer dans une trame plus complexe, à base de rivalités politiques, vengeances et autres passés mystérieux. Ce n’est pas forcément un mal, mais l’ambiance otaku des premiers volets manque parfois, même si l’auteur y revient par petites touches.

Le dessin reste un des points forts de la série. Très dynamique, avec un style bien à lui (qui fait toujours un peu penser à celui du Hewlett de Tank Girl), il est lisible aussi bien dans les moments calmes qu’en plein milieu des combats. Une efficacité globale, alliée à un bon sens du cadrage qui parvient encore à accrocher le lecteur après six opus.

On apprend finalement peu de choses sur les vampires dans cet opus. Blaz démontre une fois encore que son pouvoir principal consiste à pouvoir contrôler son propre sang et à s’en servir comme d’une arme. On assistera également à une scène du passé qui montre qu’en détruisant le coeur d’un vampire, on peut en venir à bout. Et on apprendra également l’existence de chasseurs de vampires dans le monde des démons.

Un sixième opus qui maintient la série à un niveau plus que correct, même si on se prend parfois à regretter l’insouciance et les touches d’humour déjantées des premiers volets, qui semblent bien loin désormais. Mais ce sixième tome, qui se concentre sur autre chose que sur les seuls combats, n’en est pas moins assez prenant à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *