Caine, Rachel. Vampire City, tome 1. Bienvenue en enfer

Claire est le souffre-douleur de la reine de la fac de Morganville. Pour fuir le campus universitaire, elle s’installe dans une étrange maison déjà habitée par Eve la gothique, Shane le dur au coeur tendre, et Michael le musicien noctambule. Grâce à eux, elle découvre que les vampires règnent sur Morganville. Entre amitié et amour, les quatre colocataires vont devoir unir leurs forces pour lutter contre la menace grandissante…

J’ai eu le chance de pouvoir lire ce premier opus avant tout le monde, ayant bénéficié d’une copie presse préliminaire. J’avoue que je me méfiais un peu de cet opus que l’éditeur me présentait comme la future série à succès sur les vampires. J’estime que les éditeurs ont un peu trop tendance à crier « au loup » ces derniers temps, dès qu’ils ont entre les mains un nouvel ouvrage faisant la part belle aux créatures de la nuit.. Et au final, je suis content de dire que Vampire City bouscule un peu le côté romance (il y en a un peu, mais ce n’est pas l’axe central) des productions de ces derniers temps et propose un univers pour le moins travaillé et original.

La trame de départ n’a certes rien de très original : une jeune adolescente qui débarque dans la grande ville loin de chez elle et va devenir le souffre-douleur de la caste BCBG du campus. A ce niveau, on peu avoir l’impression que l’auteur à pioché un minimum dans la trame de Buffy : l’héroïne a un petit côté Willow et la méchante est une sorte de Cordélia puissance 10 000. Et je ne parle même pas des ressemblances avec la série TV Being Human, que je ne creuserais pas trop pour ne pas vous spoiler certaines des révélations du roman. Mais rapidement, on se rend compte que les parallèles sont assez surfait, et que la série de Rchel Caine a une originalité propre.

Le style de l’auteur, qui offre une part belle aux discussions entre les personnages, est concis et sans fioritures, mais il permet à l’intrigue de se développer à son rythme, et de voir la trame peu à peu basculer dans le fantastique, alors que les premiers chapitres sont ouvertement ancrés dans un univers réaliste. On sent tout de même relativement vite que la violence qui semble faire partie intégrante de la vie du campus de Morganville n’est pas naturelle, et qu’elle pourrait bien cacher quelque chose. Les personnages sont relativement intéressants, même si on a droit à quelques standards habituels (la gothique, la reine de la fac insupportable et son troupeau de lèche-bottes).

L’aspect vampirique de ce premier opus est assez intéressant et diffère pas mal de la production actuelle, en revenant aux bases du vampire. Ici, pas de gentils vampires et d’amourette humains-vampires. Les vampires de Morganville ont en effet asservi la ville entière, régentant les habitants comme des réserves de sang. Chaque habitant est en effet lié à un vampire qui peut s’abreuver sur lui. Sans compter que les étudiants sont une manne supplémentaire dans laquelle les vampires n’hésitent pas à puiser (et à faire disparaître). La plupart des vampires ne peuvent pas sortir la journée, mais ce n’est pas le cas de tous. De même pour les symboles religieux, qui ne sont pas en mesure de repousser tous les vampires. L’ail par contre fait parti des aliments que les vampires ne peuvent pas supporter. Un pieu enfoncé en plein coeur semblant être la manière la plus efficace de se débarrasser d’un buveur de sang.

Un premier opus pour le moins accrocheur, qui met en scène un univers aux éléments assez classiques mais bien utilisés, et propose pour une fois une intrigue ou la romance n’est pas un pivot central. J’ai hâte de voir si le second opus confirmera cette première impression, mais la série a quelque chose de prometteur.

Découvrez les premiers chapitres sur Calameo : http://fr.calameo.com/read/0000000461af6ba1fa004.

3 réponses à Caine, Rachel. Vampire City, tome 1. Bienvenue en enfer

  1. madoka dit :

    Merci pour cette très bonne critique, j’hésitais un peu maintenant c’est sûr je le prendrais.
    J’avais un peu peur que le côté romance prenne le dessus, je suis rassurée :o)

  2. Pimprenelle dit :

    C’est vrai que ça fait du bien de retrouver de vrais vampires méchants! J’ai beaucoup aimé ce premier tome et j’ai hâte de pouvoir lire le second. Il faudra attendre février …

  3. reveline dit :

    Une critique intéressante. J’ai bien aimé ce premier tome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *