Brasey, Edouard. Traité de vampirologie

Les vampires existent-ils? Quelle formes prennent-ils pour séduire les humains et leur famille? Quelles sont les armes pour les détruire? C’est à ces questions épineuses que répond ce Traité, rédigé au début du XXsiècle par le plus grand chasseur de vampires, le docteur Van Helsing, qui terrassa Dracula de la pointe de son épieu. Authentique grimoire d’antan, cet ouvrage de référence est parfaitement documenté sur tous les aspects du vampirisme tels que nous pouvons les connaître par l’Histoire, les légendes, le folklore, les croyances et les superstitions. D’anciens traités et nouvelles, signés de grands maîtres du fantastique tels Poe, Hoffmann ou Dom Calmet, viennent compléter ce précieux traité. Un ouvrage passionnant à conserver sur sa table de chevet, entre le crucifix et les chapelets de fleurs d’ail.

Présenté comme une traduction d’un ouvrage signé de la main de Van Helsing, ce traité est un des ouvrages les plus complets sur le sujet vampire qu’il m’ait été donné de lire (avec le Folio Découverte de Jean Marigny). L’ouvrage passe ainsi au crible le mythe du vampire sous toutes les coutures : depuis leurs fondements historiques dans les différentes régions du globes, jusqu’à leur matérialisation et réalité physiologiques, pour finir par aborder le mythe sous l’angle de la psychologie et de la psychiatrie. .

L’ensemble est très bien documenté, abonde de petites illustrations et autres gravures, et entrecoupé d’une foultitude d’articles et extraits d’ouvrages ou récits sur les vampires (lettres du marquis d’Argens, lettre à Benoît XVI, etc.) qui donnent un éclairage intéressant à chaque chapitre, et mettent en également en vis-à-vis ces textes fondateurs du mythe avec les différents aspects de celui-ci.

Parlant des autres ouvrages et traités sur le sujet, le traité de vampirologie contient également un extrait très important du livre de Dom Calmet, ainsi que du dictionnaire infernal de Collin de Plancy, deux ouvrages très important dans la construction du mythe, qui font état de nombreux cas recensés à travers l’Europe, mettant par ailleurs en avant certaines pratiques ou circonstances qui peuvent expliquer l’origine de certains de ces cas de vampirisme. Ces extraits sont eux-même suivis de certains des textes essentiels dans la construction du mythe littéraire : le Vampire de Polidori, celui de Hoffmann, Bérénice de Poe, les poèmes vampiriques de Baudelaire, etc… autant de petits textes qui permettent au lecteur de poursuivre sa lecture en découvrant différentes approches du vampire par des auteurs très différents, chacun de ces textes étant reconnu comme un classique du genre.

N’oublions pas également le travail pour le moins remarquable apporté à la maquette du livre. Présenté derrière une couverture imitant certains vieux grimoire, le livre est réalisé dans un papier épais dont la tranche donne une intéressante impression de massicotage à l’ancienne. La mise en page recèle de nombreux éléments graphiques (encart parchemin, rouleau de papier), qui rappelle un peu le Manuel du chasseur de vampire de Gregory Constantine).

Au final, une lecture riche et intéressant, un impressionnant travail d’anthologiste, qui font de ce livre une référence en devenir sur le sujet vampire. Pour ceux qui voudraient découvrir le mythe du vampire en profondeur, c’est une lecture idéale. Qu’importe au final qui en est le vrai auteur, même si Edouard Brasey ne manque pas une occasion de laisser planer le doute…

Lire quelques pages du traité de vampirologie d’Edouard Brasey :

2 réponses à Brasey, Edouard. Traité de vampirologie

  1. Asmodée dit :

    Ce traité de vampirologie est une vraie petite friandise. Ludiques, les rubriques de l’ouvrage s’enchaînent en proposant une vision complète du vampirisme et de ses différents visages aux travers des âges. Emaillé d’une documentation abondante, son contenu arbore une mise en page aussi originale que soignée, avec ses illustrations et gravures tout à fait dans le ton du sujet abordé. Ce souci d’accessibilité se traduit par une grande clarté des informations communiquées qui rend le bouquin abordable pour tous les amateurs d’imaginaires et autres curieux, même néophytes.

    Les extraits de lettres et autres documentations évoqués au sein de la chronique sont effectivement issus de textes incontournables constituant une mine de renseignement, exhaustive à souhait mais jamais redondante. Les figures vampiriques abordées sont empreintes d’un indéniable classicisme, dans la lignée directe du Dracula de Stoker auquel moult références sont d’ailleurs faites tout au long du manuel.

    Réalité et fiction se confondent quant à l’identité de l’auteur, pour le plus grand bonheur des rêveurs. Si on se laisse prendre au jeu, ce petit guide, avec juste ce qu’il faut de légèreté, se révèle une acquisition indispensable pour toute bonne bibliothèque. Pour preuve, une fois sa lecture terminée, on n’a qu’une envie : mettre en pratique les conseils de ce cher professeur Van Helsing et partir à la chasse aux vampires !

  2. Ravennaë dit :

    Je suis bien d’accord, ce petit bijou est devenu incontournable pour ceux qui se passionnent pour les origines du mythe. Classique, il revient sur le vampire originel, et la documentation sur le sujet est complète. On alterne agréablement entre le texte simple du "professeur Van Helsing" et les textes issus de traités de l’époque.
    L’intérêt que j’y ai trouvé, est qu’il rassemble une riche documentation sur le sujet, on a une liste claire et complète des forces, capacités et faiblesse du vampire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *