Beranek, Adam – Beranek, Christian – Moreno, Chris. Dracula vs King Arthur

Après avoir régné deux fois et imposé le respect à ses ennemis par la terreur, les jours de Vlad Tepes sont comptés. Devenu l’ombre de lui-même depuis que sa femme s’est suicidé, Vlad attend sa dernière heure. C’est alors que Lucifer lui enjoint de se présenter à lui. L’ange déchu a en effet une proposition à faire à Vlad Tepes : faire de lui une créature immortelle. Ouvrant les yeux au féroce guerrier sur l’intérêt limité que semble lui accorder Dieu, Lucifer convainc Vlad d’accepter son offre. Et lui explique qu’en échange, il va devoir accomplir une mission pour lui. Une mission qui va le conduire en Angleterre, quelques lointaines années plus tôt, pour affronter le roi Arthur et ses chevaliers. Propulsé dans le apssé, Vlad commence par transformer Morgane et son fils Mordred…

Cela faisait des années que je cherchais à mettre la main sur cette série crossover assez prometteuse. Un voyage dans les entrailles fournies du Forbidden Zone de Bruxelles m’aura permis de débusquer les 4 fascicules qui composent cette histoire (dont la moitié dédicacé par les auteurs, ce qui ne gâche rien). Une histoire qui dispose d’une introduction assez bien vue, qui met en parallèle les vies du comte Dracula et du roi Arthur. Deux personnalités qui semblent être les négatifs l’un de l’autre. Un parallèle qui va trouver écho dans l’esprit tortueux de Lucifer, qui va dresser l’un contre l’autre les deux guerriers, et tenter de réduire par cela les aspirations de Dieu.

L’ensemble est assez bien vu, l’histoire joue avec originalité avec la matière de Bretagne, détournant les relations entre les personnage de manière pour le moins réussie. On aurait pu avoir des a priori kitsch, étant donné que le thème du vampire, quand il est mélangé à d’autres histoire, n’est pas toujours très bien utilisé. Ici, cela reste d’assez bonne facture, les auteurs parvenant à respecter la matière de Bretagne tout en y insufflant une trame vampirique assez prenante. Une trame qui va certes influer sur le règne arthurien, mais qui n’empêchera pas l’histoire de commencer et de finir comme elle le doit.

Le dessin est autant un point fort qu’un point faible dans cette série. Finalement peu homogène, il est capable du meilleur… mais reste globalement assez moyen. L’ensemble se laisse tout de même lire sans problème, la mise en couleur simple et efficace permettant d’alléger un peu l’hétérogénéité graphique. L’ensemble a cependant tendance à s’améliorer quelque peu au fil des tomes.

On est ici face à une conception très classique du vampire. Une créature qui ne se déplace que la nuit et a besoin de sang pour survivre. En faisant boire son sang à ses victimes, elle est capable de les transformer à leur tour en vampires. Les vampires peuvent ici être tués par décapitation ou si on leur enfonce un pieu en plein cœur. Ils craignent par ailleurs les objets divins, comme les crucifix.

Une série au final assez sympathique, même si davantage pour son scénario que par son dessin assez moyen. Au final, une sympathique rencontre entre deux personnages très présents dans les littératures de l’imaginaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *