Rieneck, Michael. Dracula

Le Comte Dracula a quitté sa Transylvanie natale pour débarquer à Londres par bateau où il projette de chasser de nouvelles victimes innocentes. Le célèbre docteur Van Helsing, ayant eu vent des projets de Dracula, s’est rendu à Londres par le premier fiacre. Débute alors une véritable course contre le temps! Van Helsing cherche à retrouver et à détruire tous les cercueils du vampire, alors que le Comte tente de trouver cinq victimes. Van Helsing réussira-t-il à stopper le règne de terreur du Comte Dracula?

Une bonne dose de mémoire et de rapidité, voilà les armes qui vous seront nécessaire pour dominer votre adversaire, dans ce jeu prévu pour deux personnes. D’un côté Dracula, à la recherche de 5 victimes à vampiriser, qui devra éviter de tomber sur les chasseurs de vampires qui prêtent main-forte à Van Helsing. De l’autre, le chasseur de vampire en chef, qui écume les différents bâtiments de la ville à la recherche des cercueils de Dracula, pour empêcher le comte de poursuivre plus en avant sa contamination des jeunes londoniennes. Mais il devra lui aussi compter sur les vampires que Dracula a créé, et éviter leurs attaques.

L’ensemble est basé sur un plateau de jeu sur lequel est disposé, face retourné, des cartes figurant les alliés et faiblesses de chacun des personnages, dont les déplacements sont figurés sur le plateau par deux pions en bois. Chaque personnage dispose initialement de 4 points de vie, qu’ils peuvent perdre au fil des mauvaises rencontres qu’ils peuvent faire, s’ils n’ont pas les armes suffisantes pour lutter. Ces armes sont figurées par les cartes actions, tandis que les rencontres sont représentés par les cartes de rencontre. Dès qu’il met au jour une de ses cibles, le joueur la remplace, face cachée, par une de ses propre carte. Le jeu s’arrête dès qu’un des joueurs a déniché la totalité des cibles qui lui correspondent, ou quand l’un des joueurs n’a plus un seul point de vie.

Le jeu adopte les caractéristiques canoniques du vampire, Dracula oblige. Le comte roumain dort dans des cercueils, qu’il a dissimulé à travers la ville. Sa morsure lui permet de créer des vampires à ses ordres, qu’il envoie aux trousses des chasseurs de vampires qui veulent attenter à sa non-existence. Il craint les crucifix et un pieu enfoncé en plein coeur semble être l’arme idéale pour en venir à bout, de même que détruire tous les cercueils dans lesquels il entrepose un peu de sa terre natale.

Prévu pour deux joueurs et pas ennuyeux pour un sou (ce qui s’avère souvent difficile pour des jeux avec si peu de joueurs), Dracula est une sympathique chasse qui mettra votre mémoire de joueur à rude épreuve. Voilà un jeu de plateau fidèle à l’univers de Bram Stoker qui vous permettra de jouer des parties courtes (moyenne 30mn) et amusantes.

Rieneck, Michael. Dracula
Rieneck, Michael. Dracula
Rieneck, Michael. Dracula

Une réponse à Rieneck, Michael. Dracula

  1. Goå dit :

    Félicitations cette page est le 6e résultat sur Google ! Dommage j’apprends que l’éditeur, Tilsit, a fermé ses portes en 2010 (Source : Wikipédia). Donc le jeu risque d’être difficile à trouver désormais et c’est bien dommage car il est vraiment sympa. Par contre le côté mémoire en rebute certains car il faut être concentré, comme pour le Simon (Bip rouge, bip vert, bip vert, bip rouge) & Cie, et donc c’est tout sauf un jeu débilisant où on peut se défaire les pouces entre deux tours. Mais moi j’adore et quand on entre dans ce petit univers élaboré par Michael Rieneck (Auteur) et Bernd Wagenfeld (Illustrateur) on a du mal à en sortir. D’ailleurs une partie prend plus de 30 minutes, plutôt une heure voire plus. Après ça dépend de la vitesse de vos neurones, moi ils sont très lents. Puis c’est pas évident de se concentrer avec toutes ces bourgeoises et vampirettes sexys. Du côté sanglant on adore massacrer les premières et du côté humain succomber sous le croc des secondes c’est presqu’un honneur. Donc l’interdiction au moins de 3 ans rime à rien ou alors c’est mon vicieux esprit qui parle. Enfin plus objectivement les femmes regretteront sans doute l’asbence de chasseurs musclés ou gentilhommes beaux & riches. Sexiste ? Peut-être mais au moins Dracula a la classe !

    Au passage les barrières n’ont pas été mentionnées alors qu’elles font partie du « gameplay ». Elles permettent de bloquer l’accès à certaines zones et comme on peut les déplacer cela permet de rendre les déplacements bien plus dynamiques et donnent même une dimension stressante voire stratégique. Après faut pas non plus s’attendre aux échecs au pays de la malice car l’essence même du jeu repose sur la mémoire & les trous (Pour enterrer les victimes !?). Bon 4/5 car on voit pas le graphisme de Wagenfeld et à cause des fautes d’orthographe.

    Test : Et donc c’était quoi le motif sonore de mon Simon ?
    Astuce : Pour gagner il faut déconcentrer l’adversaire. Décolletés pigeonnants et boissons liquoreuses, tous les moyens sont bons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *