Remic, Andy. Interview avec l’auteur des Vampires d’Airain

Les Vampires d’Airain, Tome 3 : Les Seigneurs Vampires d’Andy Remic est sorti le 16/10/2013 chez Panini Books. Cette interview a été réalisée via un échange d’email avec l’auteur quelques semaines auparavant.

Bonjour, Pouvez-vous vous présenter pour les internautes de Vampirisme.com ?

Mon nom est Andy Remic. Je suis l’auteur de quinze romans, je dirige ma propre (petite) maison d’édition numérique Anarchy Books, et je viens juste de terminer mon premier film d’horreur à petit budget, Impurity. J’aime la nourriture, le bon vin, l’alpinisme et l’écriture. Ma vie est plutôt sympa en ce moment.

Il semble que votre première publication sur le thème des vampires soit le tome 1 des Vampires d’Airain. Comment vous est venue l’idée de cette série ?

Pendant très longtemps, j’ai été fan de nombreux auteurs de fantasy, dont David Gemmell. J’écrivais des thrillers SF pour Solaris Books, mais j’aspirais  aux à bifurquer vers la fantasy. Quand les éditions Angry Robot m’ont demandé d’écrire pour eux, j’ai accepté, sous la condition qu’il s’agisse de fantasy. J’ai toujours été fasciné par les vampires, et les armées de vampires, et je voulais aussi proposer quelque chose qui joue avec le mythe. D’où les vampires horloger, qui ont besoin de sang raffiné pour huiler les rouages qui les gardent en vie. Ils ont besoin de boire du sang pour permettre à leur machinerie interne de fonctionner. Je pense que c’est assez novateur. Du coup, quand Angry Robots a accepté que j’écrive de la fantasy pour eux, j’ai mixé les idées ensemble. C’est ainsi que sont nés Les Vampires d’Airain, en commençant par La Légende de Kell, puis avec Les voleurs d’âmes, pour finir avec Les Seigneurs vampires.

La série semble mélanger dark fantasy et steampunk (avec l’idée de vampires biomécaniques). Vous sentez-vous influencé par ces deux genres littéraires ?

J’essaie de ne pas être influencé par un quelconque genre, et j’en mélange un très grand nombre. Malgré tout, quand on travaille sur des genres précis, notamment quand on se frotte à l’horreur ou aux vampires, il est nécessaire de s’en tenir aux règles, parce que c’est ce que les lecteurs attendent. Je pense avoir de l’horreur dans tous mes livres, qu’ils soient de SF ou de Fantasy. Mes romans ont également le rythme endiablé des thrillers. Parce que je m’ennuie vite sinon.

Il y a en fait deux types de vampires dans votre série : des créatures primitives et des créatures évoluées, dotées d’augmentations corporelles. Comment définissez-vous le lien entre les deux ?

Les créatures primitives sont celles qui ont le pouvoir entre leurs mains, sous l’égide de trois seigneurs vampires des Hall du Chaos. Les sois-disant « vampires évolués » sont détestés de leurs ancêtres naturels. Ce qui génère énormément de conflits et d’effusions de sang.

Le troisième opus des Vampires d’Airain, Les Seigneurs de guerre vampires, n’a pas encore été traduit en français. Est-ce le dernier livre prévu pour la série ou avez-vous déjà des idées pour de nouveaux romans dans cet univers ?

Il a été traduit en français, mais je ne suis pas sûr de la date de publication (il est en fait sorti le 16/10/2013 chez Panini Books). Et oui, j’ai d’autres idées pour la série, mais il faudra attendre un peu, le temps que je finisse ma série Rage of Kings (le premier tome, The Iron Wolves, sort en anglais en décembre 2013, et j’attends des nouvelles pour une possible traduction française).

Quelles ont été votre première et votre dernière rencontres avec un vampire (en littérature, au cinéma ou en musique) ?

Quand j’étais enfant, j’avais un livre intitulé Book of Horror, aux Editions Hamlyn, avec un vampire entrain de se faire enfoncer un pieu dans le cœur sur la couverture. J’adorais ce livre, et j’étais fasciné par les vampires et les loups-garous depuis ma tendre enfance. Plus tard, j’ai lu et adoré le Salem de Stephen King et le Je suis une légende de Matheson. Et à l’adolescence j’ai vraiment accroché à des films comme Entretien avec un vampire ou Bram Stoker‘s Dracula. Je me réjouis de bientôt avoir l’occasion de visionner Byzantium, que je n’ai pas encore vu. Le film a l’air franchement étonnant. Ah, et à la TV anglaise, ils viennent de diffuser Les Revenants. C’était brillant ! Je sais bien que ce n’est pas vraiment une histoire de vampires, mais oui, c’était brillant !

D’après vous, comment peut-on analyser le mythe du vampire ?

Je pense honnêtement qu’il y a un fond de vérité là-dedans. Je ne fais pas allusion à l’image de la créature qui transparaît dans la littérature et les films, mais il y a peut-être eu une race de créatures ayant besoin de sang humain pour survivre, à un moment dans notre Histoire. Ils n’avaient peut-être pas les pouvoirs spéciaux dont sont dotés les vampires dans les films, mais les roumains, il y a quelques centaines d’années, étaient bien terrifiés par quelque chose !

Avez-vous d’autres projets sur le sujet ? Quelle va être votre actualité dans les prochains mois ?

A un moment ou un autre, je travaillerai à nouveau sur Les Vampires d’Airain, mais je n’ai pas encore de contrats à ce niveau. Mon prochain roman est un texte de fantasy, mais avec une ambiance très noire, avec beaucoup d’horreur. Son titre est The Iron Wolves. Il sort en décembre chez Angry Robots Books (www.angryrobotbooks.com). Après ça, mon prochain roman sera The White Towers, qui devrait sortir en décembre 2014. Et il y a aussi mon projet de film d’horreur – Impurity. Vous pouvez jeter un œil sur le site qui y est consacré sur www.impuritythemovie.com, même s’il n’y a malheureusement pas de vampires au programme ! Il y a aussi un trailer Youtube http://www.youtube.com/watch?v=R1g08hf1Aso. Pour tout ce qui me concerne, vous pouvez enfin vous rendre sur mon propre site www.andyremic.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *