Alwett, Audrey. Interview avec la scénariste de My lady vampire

Bonjour Audrey, pour les lecteurs qui découvriraient ton travail avec My Lady Vampire, pourrais-tu nous parler de toi et résumer ta carrière ?

Parler de moi est mon sujet préféré, comme tout un chacun, mais c’est toujours un exercice de style de se résumer en quelques lignes… J’ai 29 ans et vis de ma plume depuis la fin de mes longues et délicieuses études de lettres (je n’ai quitté l’université qu’à regrets). À ce jour, je suis l’auteur d’une vingtaine de livres et dirige deux collections de BD chez Soleil : Blackberry et Strawberry, des ouvrages à destination d’un lectorat essentiellement féminin. À côté de l’écriture, je cultive plusieurs passions, dont celle du XIXe siècle, qu’il s’agisse de danse, de littérature ou d’histoire. J’ai mon bureau au studio Gottferdom, où je vais travailler chaque jour au milieu d’une quinzaine d’artistes et de la rédaction du Lanfeust Mag, un formidable mensuel de BD. Voilà !

À l’origine, quels ont été les idées et les désirs qui ont donné naissance à la série My Lady Vampire ? Pourquoi avoir choisi l’époque Victorienne pour planter le décor de ton histoire ?

J’ai choisi l’époque victorienne parce que les voitures et les immeubles du XXIe choquent mon sens de l’esthétique. Le XXIe siècle, c’est moche. Blague à part, j’ai tout simplement voulu m’amuser à renvoyer un vampire « moderne » à son époque originaire. En effet, le vampire est un mythe créé par les Anglais du XIXe, et je souhaitais faire le lien avec ces origines, sans en passer par le traitement gothique qui correspond davantage à cette époque. Ma volonté de base, c’était cela : raconter une histoire de vampire moderne dans son contexte historique initial.

La suite de My Lady Vampire est-elle en bonne voie ? Combien de tomes sont-ils prévus ?

Actuellement, Silvestro s’approche de la page 15, on peut donc dire que la suite avance à bonne vitesse. Je pense qu’on ira beaucoup plus vite que pour le premier tome sur lequel nous avons travaillé presque trois ans avant de pouvoir écrire le mot « FIN ». Pour ce qui est de la longueur de la série, je pense à une histoire en 5 ou 6 tomes, mais avec des aventures bouclées en diptyques, pour que les lecteurs puissent faire des pauses à leur guise. Tout du moins, ce serait l’idéal.

Parle-nous de ta collaboration avec Silvestro Nicolaci. La création d’une telle série a-t-elle demandé une étape de documentation particulière ?

On a pas mal travaillé la question des costumes avant de se lancer, car ce devait être un élément graphique essentiel. J’ai guidé Silvestro vers des sites spécialisés sur la question. Il faut savoir qu’on habite assez loin l’un de l’autre (Silvestro vit en Italie) et qu’échanger des livres n’est pas du tout chose aisée. Aussi procède-t-on beaucoup par partage de liens. La plupart du temps, j’intègre ces derniers directement dans le scénario, comme par exemple les gravures de fiacres ou des photos de la machine de la buanderie, même si on l’aperçoit très peu. Malgré tout, nous prenons parfois quelques libertés historiques dans le dessin pour des raisons esthétiques (il est très peu probable que Daisy, avec son nouveau statut de duchesse, ait porté des décolletés pareils en pleine Angleterre puritaine !).

Avant de scénariser cet album, avais-tu déjà travaillé sur un projet lié à une histoire de vampires ?

J’ai justement dédié My Lady Vampire à l’une de mes anciennes amies, Clothilde, avec qui j’avais écrit mon tout premier roman, à 15 ans. Je me rappelle que ce manuscrit, dont nous avions rédigé plusieurs versions, avait pour titre Charlotte et les vampires. Nous étions assez fières de nos 200 et quelques pages et, très modestement, les avions fait parvenir à deux éditeurs mineurs, dont j’étais certaine qu’ils n’attendaient que nous : Hachette et Gallimard. Évidemment, le manuscrit nous a été renvoyé avec les deux premières lettres de refus de ma vie (depuis lors, je les ai collectionnées), et il a bien fallu se lancer dans d’autres projets. Les années passant, j’ai écrit de nombreuses histoires, fantastiques ou pas, historiques ou contemporaines, mais je conserve une affection toute particulière pour les histoires de vampires. J’ai même quelques vieilles nouvelles, souvent assez burlesques, qui traînent encore dans mes tiroirs et n’ont jamais connu d’autres lecteurs que mon cercle de proches…

Le mythe du vampire s’est vu beaucoup exploité ces derniers-temps. Est-ce difficile de renouveler le genre sans tomber dans les clichés ? Que penses-tu de la vague Twilight ?

Quand j’ai commencé à concrétiser mon propre projet vampirique, la « vague Twilight » n’était pas le tsunami actuel. C’était plutôt une petite vaguelette dont on ne se préoccupait pas vraiment, parce qu’elle s’était produite sur les plages d’à côté et avait épargné nos librairies. Aujourd’hui, c’est différent. Même si je savais que je n’y couperai pas, je suis effroyablement agacée de voir certains lecteurs ou journalistes repousser de manière méprisante My Lady Vampire, en s’exclamant « ah oui, ces auteurs qui surfent sur la vague Twilight ! », alors que j’exècre cette soupe insipide peuplée de vampires végétariens et émasculés, qui ne s’inscrit précisément PAS dans la littérature vampirique. C’est vrai qu’on a vu pas mal d’histoires sur les vampires sortir ces derniers temps, mais peu sont de bonne qualité, malheureusement. Il y a beaucoup d’excellentes histoires qui s’inscrivent dans la veine gothique (le vampire à l’ancienne, façon Dracula), ou bien d’intrigues complètement fantastiques où le vampire est une sorte de démon interchangeable, mais les histoires peuplées de vampires comme les Chroniques d’Anne Rice –sous-genre dans lequel je me reconnais– sont finalement très rares.

Personnellement, je voulais combiner le vampire très humain dont Lestat ou Spike sont les fers de lance, avec un peu de paranormal romance, tout en remportant la gageure d’éviter la case mièvrerie. Le mythe de la Belle et la Bête se rattache à celui du vampire depuis les origines occidentales de la créature, mais pas question de s’amouracher d’un être supérieur, extrêmement intelligent et âgé de plusieurs siècles, d’une gourdasse égocentrique de quinze ans. C’est la raison pour laquelle Aloïs, mon personnage, est un jeune vampire inexpérimenté et Loreleï, une apparente douce jeune fille, que la vie a rendue cynique et amère, là-dessus je rajoute Daisy, jouisseuse invétérée, et j’ai mon trio. Les trois personnages vont chacun leur tour exercer un rapport de force sur les autres et le pouvoir changera bien sûr de main aussi souvent que possible. La crédibilité des relations entre les personnages est ce qui m’a le plus préoccupée au cours de l’écriture, par contre, j’avoue ne pas avoir cherché à renouveler le genre. Ce n’était pas mon but. Malgré cela, je pense que le mythe du vampire est encore largement exploitable. Il y a des centaines de bonnes histoires à écrire sur le sujet. Et ce n’est pas parce que quelques opportunistes exploitent un filon aujourd’hui à la mode que le genre arrivera un jour au stade du trop-plein. Il restera toujours des clichés avec lesquels jouer et des histoires à écrire pour ceux qui aiment vraiment ça.

Les buveurs de sang dans My Lady Vampire respectent une certaine idée classique du mythe. Ils craigne
nt la lumière du jour, sont obligés de se faire inviter pour pénétrer dans un logis… Es-tu attachée à l’image conventionnelle des vampires ?

Oui, j’y suis attachée. Pour moi, une bonne histoire de vampire est d’abord une intrigue qui sait jongler avec les codifications du genre. Après, on peut tordre les codes et s’en extraire, comme ce fut par exemple fait dans l’excellent Je suis un Vampire, où les personnages sont condamnés à être indéfiniment ressuscités par une malédiction solaire. De même, il peut y avoir de très bonnes histoires avec de soi-disant vampires, sans qu’il soit fait mention d’aucun code. Mais dès lors que le vampire peut être remplacé par une figure démoniaque lambda, il ne s’agit plus à mes yeux de littérature vampirique.

Quelles sont tes œuvres références (littérature/BD/cinéma) en matière de vampirisme ?

Il y en a beaucoup ! Je dois connaître à peu près par coeur la version française du film Entretien avec un Vampire (eh oui, pas de VO à l’époque des VHS). J’en ai d’ailleurs caché quatre citations dans My Lady Vampire, et je crois que je ferai gagner un prix sur mon blog si certains lecteurs les découvrent. Je suis aussi une grande fan de Buffy, the Vampire Slayer, et de quelques épisodes d’Angel (particulièrement l’épisode Puppet show). J’adore les animes japonais comme Hellsing (seulement celui de Yasunori Urata) ou Vampire Hunter D : Bloodlust. J’ai bien sûr lu tout le cycle vampirique d’Anne Rice, le Dracula de Bram Stoker, mais aussi les œuvres originaires du mythe, comme Carmilla et surtout Le Vampire de Polidori, qui se sont révélés instructifs, même si, en terme de traitement, c’est moins ma tasse de thé.

En plus de ton activité de scénariste BD, tu es également en charge des collections Blackberry et Strawberry aux éditions Soleil. Quels sont tes futurs projets ?

Quelque chose sur les origines du vampire justement ! Avec Nora Moretti (la dessinatrice de Princesse Sara), nous sommes en train de travailler sur un certain été 1816, qui fut l’été où naquirent les vampires… Mais chut, c’est encore secret ! En attendant qu’on termine ce projet, je ne pourrais donc que vous recommander les autres ouvrages de la collection Blackberry qui a pour ligne éditoriale « romantisme et enchantements ». Laissez-vous séduire par les robes de bal d’Elinor Jones, par la force de caractère de Princesse Sara, par la douce folie de Lady Doll ou par le tragique destin de la Danseuse Papillon ! Pour en savoir plus sur tous ces livres, rendez-vous sur mon blog : http://blackberry-strawberry.blogspot.com/ et n’hésitez pas à laisser des commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *