Williamson, Kevin. Vampire Diaries. Saison 3. 2011 – 2012

La saison 2 s’est terminée de manière terrible, mort, séparation, déchirement…

Klaus a réussi à entraîner à sa suite Stefan, d’abord contraint et forcé, puis finalement gagné par la grisante sensation de redevenir l’Ecorcheur, sanguinaire.

Il se détache peu à peu d’Elena, pour la protéger certes, mais les tentatives de la jeune fille restent sans écho. Klaus y veille.

Livrée à elle même dans un Mystic Falls déserté par Stefan, Elena n’a de cesse de tenter l’impossible pour ramener dans le droit chemin celui qu’elle aime, épaulé par un Damon qui n’a jamais été plus humain, ni plus fraternel envers Stefan.

Le sentiment que les deux frères ont redécouvert lors de la saison 2 se confirme surtout du côté de Damon qui va protéger Elena pour son frère, bien que cette proximité se révèle difficile à gérer sentimentalement pour le vampire (pesque) repenti.

Alors que Stefan partage son temps avec Klaus, on en découvre plus sur leur passé commun et sur un ancien amour de Stefan, Rebecca, la sœur de Klaus.

Les Originaux, dont Klaus est le chef, sont une famille particulière, ils sont les premiers vampires de la création et les racines de tous les vampries existants. On découvrira d’ailleurs au fil de la saison pourquoi et comment ils sont devenus ce qu’ils sont, créant ainsi une nouvelle espèce. Klaus n’a d’ailleurs pas renoncé à son projet de se créer une armée d’hybrides, mi-vampire, mi-garou, comme lui.

Un retour plusieurs siècles en arrière nous permettra de comprendre leurs sentiments, leurs liens familiaux et de faire la connaissance de toute la famille. Père et mère compris.

C’est ce qui est terrible dans Vampire Diaries. En effet, les retours en arrière qui nous permettent de comprendre comment les choses se tordent vers le mal nous permettent aussi de comprendre un peu mieux les personnages et donc de refuser de les haïr purement et simplement.

Klaus a beau être un méchant par excellence, on en revient toujours à penser que bien cacher quelque part subsiste un semblant d’âme qui pourrait tout changer. On aimerait y croire, mais aurait-on raison de le faire, c’est un autre mystère que l’on déouvrira au fil des épisodes.

Du côté de Damon, une amitié sincère se dessine aussi, avec Alaric.

Ils partagent la même mission, puisqu’ils veillent chacun à leur manière sur une Elena particulièrement éprouvée par les pertes et les traumatismes.

Une amitié virile et certes pas vraiment idyllique, mais qui se confirme au fil des épisodes et prouve que Damon est en bonne voie de rédemption.

Enfin, c’est une façon de parler car s’il se trouve plutôt du bon côté, il n’en perd pas pour autant ses galons de bad boy et au fond c’est aussi ce que l’on aime en lui. Il est entier, sans concession, fidèle à lui même.

Puisque nous parlions d’Alaric, la saison est aussi importante pour lui. De nouveau en deuil, il n’a pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Il est le roc qui garde Elena et son jeune frère encore debouts, vivants, humains. Il semblerait pourtant que cet homme honnête, intègre et droit ne nous cache un genre de Dark Passenger un peu troublant…

La saison 2 a initié un virage dans les focalisations sur les personnages.

En effet, elle avait mis en relief les sorcières, loups-garous et autres vampires qui existaient bel et bien dans l’entourage proche ou lointain d’Elena. On découvre que cet aspect surnaturel est finalement un secret de polichinelle à Mystic Falls. Le Conseil se retrouve de plus en plus impliqué dans ce secret, et force est de constater qu’en politique surnaturelle comme dans la réalité, composition et compromis sont des mots clés.

Pourtant, au milieu de tous ces aspects fantastiques, la faiblesse humaine, le deuil d’un parent, d’un enfant, d’une relation ou d’une situation est toujours difficile.

C’est en effet le côté bouleversant de la série. Les sentiments sont exacerbés et on est souvent amenés à un stade émotionnel inattendu.

Il n’est pas rare que les séries perdent en qualité et en intérêt au fil des saisons.

Kevin Williamson réussit un pari risqué puisque cette saison 3 est plus intense, plus émouvante et plus rebondissante que ne l’ont été les deux premières, pourtant déjà de très bonne qualité.

Quant à la fin de la saison, elle réserve son lot de drames, de larmes et de surprises.

Si Elena finit visiblement ( vous aura-t-elle convaincus ? ) par choisir entre les deux frères à la fin de la saison, pour nous le choix risque de s’avérer plus difficile.

Sauf pour moi, qui vacille non pas entre Stefan et Damon, mais résolument entre Alaric et Klaus !

Williamson, Kevin. Vampire Diaries. Saison 3. 2011 - 2012Williamson, Kevin. Vampire Diaries. Saison 3. 2011 - 2012Williamson, Kevin. Vampire Diaries. Saison 3. 2011 - 2012 

Une réponse à Williamson, Kevin. Vampire Diaries. Saison 3. 2011 – 2012

  1. danygoth dit :

    Je suis une fan (à crocs !) de Vampires Diaries ,j’ai vue les 3 saisons et j’attends la 4 avec SOIF (!) d’impatience ; cette série est terrible ; en plus, plein de beaux gosses (Stefan, Damon, Alaric, Jeremy) je me ferais bien mordre par les deux frères Salvatore ! hi ! hi ! hi ! , les nanas aussi sont super Elena est magistrale, dans les deux rôles, tout est bien mené, avec de très bons acteurs et même le petit fils de Steeve Mc Queen (Jeremy dans la série) est formidable comme, son grand-père ! Enfin, j’adore vivement la suite ! Ciao ciao blood kissss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *