Rollin, Jean. La fiancée de Dracula. 2002

Partis à la recherche des restes du Comte Dracula, le Professeur et son jeune assistant Eric se voient précipités dans l’Univers des « Parallèles », un monde peuplé de créatures monstrueuses et fantasmatiques aux désirs obscurs.

Découvriront-ils les liens étranges qui unissent un nain fantasque, vêtu en bouffon, et sa promise vampire ? Pourront-ils échapper aux desseins meurtriers de la Louve écarlate, d’un couple de sorciers et de la sensuelle Ogresse mangeuse d’enfants ?

Leur quête les mènera auprès d’Isabelle, une jeune femme sous l’emprise d’une indicible force et gardée depuis son plus jeune âge par les nonnes folles de l’Ordre de la Vierge Blanche. Quel terrible secret pèse sur ses origines et scelle son destin aux ténèbres ?

Réalisé en 2002 par Jean Rollin, ce film est une énième variation du mythe de Dracula orchestrée par le maître. Et force est d’avouer après visionnage qu’on se retrouve en présence d’un ovni du cinéma français. En effet, si les horloges franc-comtoise sont une de vos grandes passions, si le bilboquet a été un de vos jouets préféré et si vous ressentez une attirance quasi-fétichiste pour les nonnes, nul doute que ce film saura vous séduire. Le jeu alarmant des acteurs, le scénario abracadabrant et un sens du rythme très personnel contribue une fois de plus avec ce film à faire de Rollin le Ed Wood à la française, avec un petit côté érotique pas piqué des hannetons

Les vampires ici mis en scène apportent peu d’originalité vis à vis du schéma habituel. En effet, les vampires de ce film subissent de manière mortelle la morsure du soleil, et éprouvent un besoin compulsif de boire du sang pour survivre. Le scénario introduit cependant l’idée d’une congrégation de bonnes sœurs dont la mission est de garder Dracula prisonnier.

Les amateurs de séries Z et de films de genre apprécieront sans nul doute ce film signé Jean Rollin, les autres feraient tout aussi bien de passer leur chemin.

Rollin, Jean. La fiancée de Dracula. 2002Rollin, Jean. La fiancée de Dracula. 2002Rollin, Jean. La fiancée de Dracula. 2002

2 réponses à Rollin, Jean. La fiancée de Dracula. 2002

  1. Lucy Westenra dit :

    Mon avis concorde tout à fait avec celui de Vladkergan. Un manque de rythme et un jeu d’acteur moyen font de ce film une sorte de production cheap de films fait à la maison.
    Cela dit, je tiens à préciser que certaines scènes restent agréables à regarder car poétiques, comme celles en bord de mer ou encore lorsque la nonne jette son coeur dans le feu.
    A voir tout de même pour agrandir sa culture cinématographique vampirique! Et puis bon, Jean Rollin reste un prolifique cinéaste français en matière de films du genre, donc honneur à lui pour sa passion! 😉

  2. GolemXIII true evil ; p dit :

    Bon J’ai pas encore vu ce film de Rollin mais j’adore déjà (pour les fétichistes de Nonnes je conseilles le film japonais "Le Couvent De la Bete Sacrée" bon un peu hors topic car pas un film de vampires). Les films de Rollin sont effectivement très cheap :le pire que j’ai vu c’est le "le lac des morts vivants" qui est un vrai nanar -le maquillage des zombies se barre sous la flotte et l’on voit meme un cameraman dans un scène avec un miroir!!! – Par contre je defends "Le viol du Vampire" film en noir et blanc magnifique, sans doute le meilleur film de Rollin, ainsi que "Les deux orphelines vampires" car meme si le jeu des acteurs est limité ainsi que le scénar il se dégage une poésie de certaines scènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *