The Coffinshakers. The Coffinshakers

The Coffinshakers est un groupe suédois qui mélange allègrement sonorités rockabilly / country avec une ambiance toute gothique, ce qui les estampille souvent de l’étiquette gothabilly.

L’album éponyme, qui arrive après plusieurs maxi et un premier album représentatif mais auquel manquait un mixage digne de ce nom, risque de marquer durablement les oreilles des amateurs. Une voix d’outre tombe, qui va bien au-delà d’un Johnny Cash (artiste dont l’influence imprègne sans nul doute la musique du groupe), et une partie instrumentale à mi-chemin entre country et rock’n’roll années 50, qui pose une ambiance originale alternant morceaux rythmés (« Phantoms of the Night », « Return of the vampire ») et des passages plus posés (à la limite de la balade) comme les très bon « Last night down by the grave » et « From here to hell ». Un croisement du coup improbable entre le psychobilly d’un Tiger Army (que ce soit pour les ambiance horrifiques et les rythmiques, même si ici pas de contrebasse) et la country du man in Black.

Bien évidemment, si cet album se retrouve dans les pages de ce site, c’est aussi parce que le groupe s’inspire fortement du thème du vampire et des ambiances qui y sont attachées. En cela, on est nettement plus proche du Dracula d’Universal et de la Hammer que de celui d’Anne Rice, voire de Stephenie Meyer. Ici, Les vampires son des créatures maudites qui sortent de leur tombe la nuit tombée pour se nourrir de sang, peuvent se transformer en chauve-souris, et craignent la morsure du soleil. Quant à leurs victimes, se sont bien souvent de jeunes femmes à la peau pâle. Dans les textes, qui pourraient être des directive pour un film d’époque, l’esthétisation de la prédation (voire de la mort, pour l’album dans sa globalité) est manifeste, pas très éloignée de ce que peuvent exhaler des films comme le Dracula de Browning, voire celui de Fisher.

Les cimetières désertés, la Transylvanie, la nuit de Walpurgis, autant de thèmes et d’éléments qui rappellent également le roman de Stoker, voire de manière plus générale le roman gothique auquel est attaché cette oeuvre fondatrice. Mais les musiciens ne s’arrêtent pour autant pas là, et utilisent d’autres créatures chères aux premiers films d’horreur, de la momie (Curse of the mummy’s tomb), au zombie (Voodoo woman).

C’est donc le cinéma horrifique classique, que ce soit au niveau des thèmes et de la manière de les aborder qui semble servir de matière première au Coffinshakers, avec une prédilection forte pour le vampire, qui accompagne le groupe depuis ses débuts (sur certains maxis, plusieurs morceaux font ainsi référence à des oeuvres filmiques, notamment Dracula has risen from the grave).

Bien plus agréable à écouter que leur premier opus (à commencer par un mixage autrement plus travaillé), ce deuxième album est une franche réussite qui reste dans les oreilles de longues heures après la dernière piste. Car même si les influences (Cash en tête) sont parfois très évidentes, l’ensemble est fait avec un indéniable souci du détail et est chaudement recommandé à vos oreilles.

Listes des titres

1. Phantoms of the Night
2. Return of the Vampire
3. Last Night Down by the Grave
4. Necromancy
5. Evil
6. Curse of the Mummy's Tomb
7. Walpurgis Night
8. Voodoo Woman
9. From Here to Hell
10. King of the Night-Time
11. The Coffinshaker's Theme
12. Transylvania

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *