Trohay, Delphine. La nuit des vampire

Brooklyn et les siens le savaient : si l’existence des Vampires venait à être révélée, ce serait la fin du monde. L’humanité n’était pas prête, elle ne le serait sans doute jamais. C’est pourquoi la guerre que mène un groupuscule d’humains face aux innombrables Vampires se déroule dans le plus grand secret. Tout est mis en œuvre pour que la vérité ne soit jamais connue. Tous sont convaincus que cela n’arrivera jamais. Le problème, avec les certitudes, c’est qu’elles peuvent se révéler inexactes…

Delphine Trohay aborde d’emblée le monde de l’édition par le thème du vampire. Et il faut avouer que mis à part quelques petites longueurs et baisses de régime, La nuit des vampires est un roman assez sympathique qui propose un univers inspiré de certains gros blockbusters cinématographiques (Underworld en tête, mais aussi Je suis une légende), mais dont le style permet une bonne utilisation de ce qui est puisé ça et là. L’influence est encore forte, et on la ressent jusque dans les noms de certains de ses personnages, mais l’auteur a une plume qui lui permet de sortir su statut de simple fanfic et de proposer un récit qui se tient, avec pas mal de rebondissements et une belle galerie de personnages (même si certains sont expédiés un peu rapidement à mon goût.

Les vampires se divisent ici en deux factions : les purs, qui sont nés vampires, et les impurs, qui sont devenus vampires après avoir été mordu. Les deux espèces ne se déplacent que la nuit, et craignent essentiellement la lumière du soleil (les balles à UV sont une des armes récurrentes dans les duels entre les deux factions). Ils sont très résistant mais peuvent mourir si leurs blessures sont trop graves, ce qui rend la tâche de régénération difficile à leur part vampirique. Ils possèdent des canines acérées et leurs yeux changent de couleur quand la « bête » qui est en eux refait surface. Ils doivent par ailleurs régulièrement s’abreuver de sang pour conserver leur force.

Un premier roman assez sympathique pour cette jeune auteur, sous la plume de laquelle on sent aisément certaines références cinématographiques aux dents longues de ces dernières années. Il manque juste à son style un peu plus de maturité, qui lui permettrait de se détacher davantage de ses influences. Les amateurs des univers d’Underworld, de Blade ou de Je suis une Legende apprécieront sans nul doute.

Une réponse à Trohay, Delphine. La nuit des vampire

  1. Oui, La Nuit des vampires est effectivement un livre qui fait surgir plein d’images et je l’ai lu tout en me tournant un véritable film dans ma tête (bien plus qu’un autre livre où je visualise mais sans ce parallèle cinématographique) ! 😀

    L’auteur est d’ailleurs fan de Underworld et a eu la gentillesse de le chroniquer sur Films-vampires.com : http://www.films-vampires.com/un...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *