Pozzuoli, Alain. Bram Stoker, prince des ténèbres

Bram Stoker (1847-1902) est, on le sait, à l’origine de l’un des plus grands mythes de la littérature et du cinéma grâce à son héros Dracula, devenu l’archétype du vampire. Pourtant, si sa créature est connue dans le monde entier, tel n’est pas le cas de son père spirituel, surtout en France où aucune biographie ne lui avait jamais été consacrée jusqu’à ce jour. L’homme mérite pourtant à plus d’un titre que l’on s’y intéresse, car, de sa vie d’étudiant à Dublin (où il est né) jusqu’à sa réussite d’homme de lettres et de théâtre à Londres, son itinéraire lui a fait rencontrer les plus grandes célébrités de la fin du XIXe siècle : Henry Irving, dont il fut le fidèle ami et collaborateur pendant trente ans, la comédienne Ellen Terry, Oscar Wilde, Walt Whitman

Au moment où j’ai mis la main sur cette biographie, cela faisait quand même quelques années qu’elle était inscrite sur la liste des livres que je cherchais. Plus éditée, et donc devenue un tantinet difficile à trouver, cet ouvrage sur l’auteur de Bram Stoker est pourtant l’une des seules (sinon la seule) biographies en langue française sur l’auteur de Dracula, du Repaire du ver blanc ou encore de l’Enterrement des rats. Daté de 1989, le livre propose donc de revenir aux prémisses de la naissance de l’auteur dublinois pour relater l’ensemble des épisodes de sa vie, revenant notamment sur l’importance des histoires que lui racontait sa mère, son amitié avec Henry Irving, etc. Le style d’Alain Pozzuoli est simple et efficace, sa biographie étant étayée de pas mal de notes de bas de page qui crédibilisent son propos. La biographie est donc intéressante, et contient pas mal d’informations sur la genèse des différents textes de l’auteur et sur leur accueil à l’époque.

Petit bémol cependant : la partie biographique ne prend qu’un peu moins de la moitié de l’ouvrage, le reste étant complété par une étude graphologique de l’auteur, par un retour sur les auteurs phares du roman gothique (partie plutôt intéressante, qui dresse une liste des différents auteurs, leurs textes phares et quelques infos biographiques), des articles sur la filiation littéraire et cinématographique du roman de Stoker (articles qui donnent pas mal de références intéressantes, dont certaines pas encore traduites chez nous), sur les figures historiques qui ont pu influencer l’auteur ainsi qu’un panorama historique sur l’histoire de la créature folklorique qu’on nomme vampire. Tous les articles ne sont pas forcément indispensables, notamment celui sur l’histoire du mythe, mais cette impression est peut être due à trop de lecture sur le sujet, d’autant qu’au début des années 90, les ouvrages sur la littérature vampirique étaient peu nombreux, comparé à aujourd’hui. L’iconographie, constitué de quelques photos liées à la vie de Stoker mais surtout de photos tirés des adaptations cinéma de Dracula aurait mérité un travail plus approfondi (comprendre plus de photos liés à la vie de Stoker, qui est quand même l’objet principal du livre).

Un ouvrage au final pas intéressant, notamment pour ce qui concerne la partie biographique, mais moins riche en nouveauté concernant sa troisième partie (ce qui n’était sans doute pas le cas à l’époque de la sortie du livre). Reste que pour qui s’intéresse à cet auteur incontournable de la littérature victorienne, et à son roman Dracula, ce serait dommage de faire l’économie d’un des rares ouvrages qui lui est dédié par chez nous. Et en complément, je ne saurai que trop vous conseiller la lecture de la BD de Yves Séra et Yves H. sur le sujet : Sur les traces de Dracula, tome 2 : Bram Stoker

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *