Livyns, Frédéric. Oxana, tome 1

Rien que le nom, sur la couverture, m’aurait fait prendre le livre sur l’étagère du libraire, mais c’est en voyant Frédéric Livyns parler de ses livres à Trolls et Légendes où il était mon voisin que j’ai craqué pour Oxana. La quatrième de couverture me confirme mon impression, le mystère est au rendez-vous et je vais plonger dans le livre au plus vite ! Il y a des livres comme ça qui prennent le chemin du sommet de la PAL alors même qu’on en a d’autres à lire avant.

Est-ce l’histoire d’un gamin nommé Claudio dans un orphelinat des années 40 en Espagne franquiste qui m’attire ou bien est-ce le charisme mystérieux d’Oxana qui m’intrigue ? Je ne saurait le dire.

Toujours est-il que je plonge vite dans l’histoire. Le récit est posé, le contexte historique austère de l’Espagne franquiste oppresse autant que le mystère qui entoure l’orphelinat et ses habitants. Et il y a cette petite fille, ou cette adolescente (au fond on ne sait pas vraiment donner d’âge à Oxana et Claudio et cela est assez déstabilisant dans le bon sens du terme). Au départ, on se demande si elle n’est pas un fantôme, une apparition. Au fil des pages, on se rend compte de sa nature et Frédéric Livyns nous plonge alors dans un récit qui se veut intense et percutant.

Si le roman se lit assez vite, c’est qu’il est court, certes, mais c’est aussi qu’il est captivant. L’auteur a su créer une ambiance qui rompt avec ce que l’on a l’habitude de lire. Si le livre est qualifié de bit-lit, il faut bien souligner que sa deuxième partie relève autant de la science-fiction que de la fantasy. Dans un délire littéraire presque enivrant pour le lecteur Frédéric Livyns décide de transporter son récit au plus profond de ses sombres pensées, dans un univers que personne n’avait encore esquissé.

Puisque l’on parle de ce livre sur vampirisme.com, je ne ferai pas de spoiler en disant qu’il y a effectivement des vampires en bonne place dans le roman, mais ils sont d’un genre bien propre à Frédéric Livyns et si je vous dis que l’humanité n’est qu’une dégénérescence de la race vampire, une sous-évolution, je vous laisse néanmoins découvrir de quoi il retourne exactement par vos propres moyens. En dire plus serait en dire trop. Tout juste vous dirai-je que les vampires de Frédéric Livyns sont aussi métamorphes et qu’ils ne brillent guère au soleil !

Si j’ai regretté de fermer le livre ce n’est qu’avec l’espoir de pouvoir bientôt me replonger dans les nouvelles aventures à crocs de Frédéric Livyns. En effet Oxana est un premier tome et comme l’auteur a de la suite dans les idées je n’ose imaginer ce qu’il nous réserve comme voyage onirique, fantastique ou démoniaque pour le tome 2 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *