Estep, Jennifer. L'executrice, tome 2. Trahisons

Je suis Gin Blanco, l’Araignée, la tueuse à gages la plus redoutée du sud des États-Unis. L’autre jour, une fusillade a éclaté dans mon restaurant, mais les balles ne m’étaient pas destinées. Elles visaient Violet Fox. Depuis que j’ai décidé de l’aider, elle et son grand-père, je me demande dans quelle salle affaire je me suis lancée… Quant à l’inspecteur Caine, il a décidément bien du mal à contrôler son attirance pour moi et, pour ma part, je dois avouer que je résiste difficilement à l’envie de lui sauter dessus. Je n’y suis pour rien, je suis une élémentale de pierre, mais mon cœur, lui, n’est pas de marbre…

Le premier opus m’avait totalement séduite, et j’attendais la suite avec impatience. Un des problèmes majeurs, quand on attend impatiemment quelque chose, c’est que nos espoirs sont placés haut, et qu’on est facilement déçu. Loin de là pour ce second tome des aventures de l’Araignée !

Gin Blanco avait décidé de poser les armes après avoir vengé la mort de son mentor. Mais sa retraite n’est pas de tout repos, si bien qu’à peine deux petits mois après qu’elle ait rangé ses couteaux, la voilà qui reprend du service. Et elle ne sait plus où donner de la tête.

Petit 1 : on essaie de braquer le Pork Pit. Ce n’est pas à une élémentale de pierre et de glace qu’il sera facile de dérober le contenu du tiroir-caisse, par contre, quand c’est le fils chéri de l’avocat de la redoutable Mab Monroe — élémentale de feu qui dirige la ville — qui commet le larcin, papa ne va pas voir d’un bon œil que Gin décide de porter plainte. Petit 2 : une fusillade qui éclate dans le même Pork Pit quelques jours plus tard, et voilà Gin qui vole au secours du veuf et de l’orpheline. Sauf que, cette fois, c’est un nain très puissant qui leur en veut, nain qui est aussi très lié à la fameuse Mab Monroe.

Elle qui souhaitait fuir l’élémentale de feu autant que faire se peut, la voilà bien mal placée. Et ce n’est pas la présence de l’inspecteur Caine qui va arranger ses affaires.

Comme dans le premier opus, la trame est vraiment bien léchée, et la lecture est un régal. L’univers dans lequel évolue l’héroïne est loin d’être banal. En plus des élémentaux, c’est toute une population surnaturelle qui cohabite et teinte les pages d’une identité propre. Les nains, les géants, les vampires et autres créatures sont partout, et Gin n’est pas toute puissante face à eux. Il y a plus fort qu’elle, et c’est un plaisir que de la voir se battre pour survivre et protéger son prochain. Parce que oui, Gin, bien que tueuse à gages, a un grand cœur, et c’est ce qui fait la force de ce personnage. La balance de noirceur et de lumière teinte son caractère d’une aura unique. Oui, elle élimine des gens pour vivre et, pire que tout, elle aime ça, mais elle est tout de même sensible à la détresse d’autrui, et comme son mentor, elle est incapable de tourner le dos aux personnes dans le besoin. Elle est aussi forte que fragile, aussi froide qu’humaine, et malgré son choix de vie qui va à l’encontre de la morale commune, on la comprend, et on s’identifie à elle sans anicroche.

Les vampires sont bien moins présents dans ce second tome. Bien sûr ils sont là, mais aucun des personnages ne joue de rôle essentiel. On n’en apprend donc pas plus, mais ça reste comme une promesse silencieuse pendue devant notre nez. Espérons que le prochain fera la lumière sur ce qu’ils sont au milieu de la plèbe surnaturelle du monde de Gin.

Vous l’aurez compris, ce second tome n’a rien à envier au premier. Pour mettre en relief mon avis tout positif, je dirai quand même que, à une ou deux reprises, j’ai été énervée par certains tics de langage de l’auteur (à force de croiser des « or contre argent », ça lasse légèrement). Mais le style dans l’ensemble reste aussi implacable et efficace que l’héroïne, et le tout se lit trop rapidement. La deuxième réflexion « négative » serait le choix de la collection. En effet, l’Araignée est publiée en Crépuscule, qui regroupe « la ligne plus féminine » (cf l’interview de Florence Lottin) et, pour moi, cette série aurait sa place chez Darklight. C’est de la bitlit, pure et dure, l’action a indéniablement plus de poids que le sentimental, et c’est une des meilleures séries du genre que j’ai lu jusqu’à présent. Alors ne la zappez pas si, comme moi, vous n’êtes pas féru de Paranormal Romance.

Si vous avez aimé le tome 1, si vous aimez la bitlit au style efficace, avec un univers original et des personnages uniques et attachants, lisez-le sans attendre. Le premier opus était un cocktail détonnant… la suite est à consommer sans modération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *