Dureau, Christian. Les interprètes de Dracula, le « saigneur » des Carpates

Le personnage de Dracula a influencé de manière tellement durable les arts du XXème et du XXIème siècles, qu’il apparaît dans des dizaines de films. L’écrivain Christian Dureau, biographe de nombreuses stars du cinéma, propose dans cet ouvrage de les passer en revue.

Son approche est chronologique. Il l’introduit par un bref exposé du personnage et de sa réception, avant de s’attaquer au premier long métrage remarquable mettant en scène le Prince des Carpates, Nosferatu le vampire. La vie de Max Schreck n’est qu’effleurée, alors que les acteurs marquants qui suivront auront droit à des chapitres dédiés : Bela Lugosi, Lon Chaney Jr, John Carradine, Christopher Lee... A noter que Peter Cushing, qui pourtant n’a jamais interprété le Comte à l’écran, aura droit lui aussi à sa notice détaillée, eu égard sans doute à son importance dans la production du genre. Des acteurs l’ayant joué, mais de façon moins « suivie », ont aussi droit à la citation : Howard Vernon, Klaus Kinski, Frank Langella. L’un des meilleurs films du genre, celui de Coppola, fait lui l’objet d’un long passage, tandis que l’Ombre du vampire, qui s’attache à l’histoire fantasmée de Max Schreck, est également traité, ainsi que le calamiteux Dracula 2001 et le distrayant Van Helsing, qui se concentre à l’ennemi de toujours de Dracula.

Un chapitre est consacré aux avatars familiaux de Dracula : sa femme, ses enfants, ses petits-enfants, et même… son chien. La dernière partie propose un panorama rapide des comédies mettant en scène le Comte sanglant : Le bal des vampires, le Vampire des ces dames, Les Charlots contre Dracula, Dracula, mort et heureux de l’être… pour en finir sur la comédie musicale de Kamel Ouali.

Très documenté (et largement illustré), l’ouvrage propose la liste des acteurs français ayant doublé la voix deDdracula, une filmographie de Drakula Halala (film hongrois de 1921) à Dracula III: Legacy, film de Patrick Lussier datant de 2005. Des références précieuses pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, même si l’auteur s’est cantonné aux productions européennes et américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *