Dufranne, Michel – Kowalski, Piotr. Dracula l’immortel, tome 3

Dernier volet de cette trilogie adaptée du roman de Dacre Stoker et Ian Holt. Alors que Basarab voit enfin la comtesse sortir de l’ombre et se montrer à lui, Lord Godalming et Mina Harker recoivent un mot de Van Helsing, qui les invite à le rejoindre. Pendant ce temps, Cotford remonte peu à peu la piste des cadavres qui s’amoncellent à travers la capitale.

Un troisième opus davantage marqué par l’action, et qui voit l’ensemble de ses trames narratives converger autour de Basarab et de la mystérieuse comtesse. Reste que je n’avais pas franchement apprécié la fin du roman, un peu trop bancale à mon goût, et que l’adaptation BD n’échappe donc pas au même problème. Les révélations concernant Mina Harker, le duel entre la comtesse et Basarab, rien de tout ça ne parvient vraiment à me convaincre, d’autant que je trouve parfois rapide l’évolution psychologique des personnages.

Le dessin est le point fort de ce troisième opus. Il a encore évolué depuis le tome 2, et est davantage dynamique, ce qui est notamment permis par les scènes d’action plus présentes. Plus homogène (même s’il y a encore quelques défauts), servi par une mise en couleur sobre mais efficace.

 Les vampires de cette série partagent essentiellement des caractéristiques issues du roman de Stoker. Plusieurs scènes permettront ainsi de mettre en évidence sont des créatures qui peuvent être tuées si on leur détruit le coeur, ou si on les expose en plein soleil. Ils semblent également capable de se transformer en chimères.

Un troisième opus et dernier opus pour cette adaptation de ce qui a été présenté comme la suite officielle du roman de Stoker. L’adaptation permet de recentrer les choses sur l’action, ce qui profite au dynamisme de l’ensemble, mais la fin (comme celle du roman) ne me convainc pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *