Dôle, Gérard. Sir John Fox, tome 1. Un vampire menace l’empire

Vous qui aimez les détectives des Ténèbres en charge d’affaires relevant de l’étrange et du surnaturel, Un Vampire menace l’Empire de Gérard Dôle vous séduira assurément car ce recueil propose quatre enquêtes fantastiques tirées des archives secrètes de Sir John Fox, Grand Assistant Commissioner de Scotland Yard. Lorsque le comte Dragomyr, vampire vomi par la nuit… et tombé d’un ballon dirigeable, fait des siennes dans un petit port anglais, Sir John pense que la personne la mieux à même de résoudre ce problème est Lord Syfret, un aristocrate excentrique et providentiel, né il y a bien longtemps de l’imagination de la romancière Arabella Kenealy.

L’enquête suivante, Le Fantôme de Sherwood, est confiée au détective de l’occulte Flaxman Low, figure singulière des « Real Ghost Stones » publiées en 1898 dans un magazine londonien. L’Enfant sauvage de Whitechapel oblige Sir John à faire intervenir plusieurs détectives, plus complémentaires que concurrents : d’abord Sherlock Holmes et son élève Harry Taxon, ensuite l’énigmatique Dr M.L.W. qui servit de modèle au John Silence de Blackwood. Il nous faut aussi signaler que Carnacki, l’illustre « ghost finder », se réserve le mot de la fin dans cette hallucinante aventure. La dernière affaire au titre joliment inquiétant, Rampements de spectres et frôlements d’âmes, voit, quant à elle, le retour de Lord Syfret.

Pour les amateurs de littérature de l’étrange, flirtant avec un fantastique XIXe pétri de mystère, Gérard Dôle est un nom dont la production est à suivre de près, son recueil sur Van Helsing étant une référence en la matière selon Senhal, qui en avait fortement apprécié la lecture. Cette fois-ci, il nous propose de suivre les traces de différents enquêteurs de l’époque victorienne qui vont être tour à tour confronté à des cas où vampires, monstres et autres fantômes sont des entités centrales. En bonne tête pensante du Yard, Sir John Fox démontre qu’il est conscient des limites de ses propres services, et n’hésite pas à faire appel à d’autres enquêteurs plus spécialisés, comme Lord Syfret, Sherlock Holmes, Carnacki ou encore le mystérieux M.L.W.

Au fil de ces quelques nouvelles, on prend donc plaisir à se plonger dans une ambiance de pulp, sur laquelle pèse la lourde chape de brume londonienne, quand on ne se retrouve pas au coeur des forêts menaçantes d’Angleterre. Plus qu’un simple pastiche, c’est un véritable exercice de style auquel se livre l’auteur, qui parvient sans difficulté à se glisser dans la peau d’un auteur du 19e siècle et à envoyer ses personnages se frotter à des créatures pas toujours de notre monde. Un véritable plaisir de lecture, pour qui apprécie cette époque phare de la littérature de genre, qui a donné ses lettres de noblesse à la littérature fantastique ou encore au polar.

Le vampire est ici mis en scène dans la première nouvelle. Venu d’une île lointaine, il a besoin de sa terre natale pour survivre. Il ne ne peut sortir que la nuit et a besoin de s’abreuver régulièrement de sang pour survivre. Il sera ici détruit de manière assez expéditive, après que le héros ait constaté que les armes normales n’ont pas d’effet sur lui. L’auteur en profite pour faire un clin d’oeil assez appuyé au vices d’un autre vampire célèbre, que je ne divulguerais pas pour ne pas vous gâcher le plaisir de lecture.

Un recueil pour le moins intéressant, qui permet de se replonger avec délectation dans une ambiance littéraire qui sent bon les classiques victoriens. Gérard Dôle maîtrise ses personnages et thématiques, et arrive à maintenir le frisson inhérent à ce genre de lecture. Si toutes les nouvelles ne m’ont pas autant captivés, il n’en demeure pas moins que ce recueil est un ouvrage à lire pour les amateurs des détectives de l’étrange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *