Davidson, Mary Janice. Queen Betsy, tome 7: Vampire et Indigne

S’il y a bien une qualité que l’on doit reconnaître à la série des Queen Betsy, c’est de parvenir à éviter toute routine au fil des tomes. Ce 7e opus ne déroge pas à la règle. Après son mariage avec le vampire Sinclair et l’adoption de son demi-frère Jon (Le bébé de son père et de sa belle-mère Anthonia.), une nouvelle page se tourne pour notre héroïne. Les mois se succèdent, elle s’habitue difficilement mais sûrement aux responsabilités qui lui incombent, mais les problèmes continuent depuis deux ans à lui tomber dessus les uns après les autres.

Même si sa belle-mère est décédée, on découvre dans Vampire et Indigne que Betsy n’est pas débarrassée pour autant de sa présence. La mégère qu’elle a affectueusement rebaptisée Le Thon revient vers elle sous une forme fantomatique. Ennui de taille, la revenante se montre aussi pénible et désagréable que de son vivant. Comble de l’ironie, sa belle-fille est la seule personne qui soit en mesure de la voir. 

Mais les réels déconvenues de cette 7e aventure écrite par Mary Janice Davidson vont venir du côté de Garrett. Si les lecteurs ont oubliés l’existence des autres Monstres (des vampires devenus bestiaux et sauvages suite aux maltraitances de Nostro) l’auteure a décidé de mettre ces derniers sur le devant de la scène. Garrett, le vampire que Besty a soigné en le nourrissant de son propre sang, prend à son tour l’initiative d’alimenter ceux qu’ils considèrent comme ses frères et sœurs avec son fluide vitale. Son but : rendre  leur état normal à ceux que Betsy a oublié. Mais lorsque les prisonniers recouvrent leurs esprits, ils décident de se retourner contre la reine des vampires, qu’ils jugent responsable de tous leurs malheurs. 

Betsy, son époux et leur bande d’amis vont ainsi se retrouver dans les problèmes jusqu’au cou, avec un groupe de vampires décidé à les poursuivre pour se venger. Et comme si cela ne suffisait pas, Nick, le petit copain de Jessica, va demander à Besty de l’aider dans une mission des plus délicates. Des policiers seraient soupçonnés de faire justice eux-mêmes, et l’inspecteur a besoin de la jeune femme et de ses pouvoirs pour parvenir à débusquer les coupables, avant qu’ils ne commettent plus de dégâts.      

Ce 7e tome de la série Queen Betsy se démarque des précédents volets par son ton légèrement plus sombre. Sans en révéler plus que nécessaire, la fin est d’ailleurs révélatrice du désir de l’auteure à jouer sur l’effet de surprise et de la tragédie. Le roman de Mary Janice Davidson est fidèle à lui-même, proposant comme à son habitude une lecture rapide et distrayante. Les amateurs de récits vampiriques préféreront s’intéresser à une autre histoire. Quant aux amateurs de la plus frivole et désopilante vampire de chick-lit, ils seront aux anges de pouvoir retrouver à nouveaux leur héroïne favorite, ses gaffes et ses proches pris dans la tourmente d’une aventure sans temps mort. Car Vampire et Indigne n’a d’autres prétentions que de s’imposer comme un agréable divertissement. À noter la très réussite couverture réalisée par Diglee qui attire toujours l’œil de fort belle manière !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *