Collectif – Stoker, Bram. Bram Stoker Dracula (Larousse)

Traduction : Francine Sirven
Découvrez les sinistres mésaventures du jeune clerc de notaire Jonathan Harker. Accompagnez-le aux confins de la Transylvanie, arpentez le lugubre château de Dracula et percez tous les secrets de cet hôte si particulier. Etes-vous prêt pour un terrible voyage au delà du réel ? Voilà ce que vous propose cette adaptation signée Hawcock, Bampton et Williams.

On ne présente plus le roman de Bram Stoker, qui a bénéficié, au fil des années, de très nombreuses adaptations, réécritures ou suites. Avec ce nouveau volume, Larousse s’attaque à un genre qui fait à nouveau fureur après bien des années : le livre pop-up. Il y a quelques mois de cela, nous avions déjà chroniqué L’effroyable journal disparu du Dr Cornelius Van Helsing, qui donnait, à travers ce même genre de livre, un éclairage amusant et assez intéressant sur l’histoire du comte transylvain et sa Némésis. Larousse se veut ici plus fidèle à la trame originale, en adaptant sous un format mi-bd (l’histoire est scénarisée sous forme de réelles planches BD), mi 3D cartonnée (de véritables tableaux cartonnées donnent l’impression de sortir des pages au fur et à mesure de la lecture).

L’ensemble est vraiment très réussi. Si le dessin en lui-même n’est pas exempt de quelques défauts, il n’en est pas moins plaisant à regarder, et colle bien à l’ambiance qu’ont voulu donner les auteurs à leur ouvrage. Mais là où le livre est une véritable merveille, c’est dans la qualité des pop-up qui le peuplent. Chaque page, chaque rabat, cache ainsi des trésors d’ingéniosité, les auteurs ayant imaginé des scènes 3D aussi réussies que finement réalisées. Du château de Dracula, qui prend forme dès la première page, à l’exécution du comte, dont on sent presque les soubresauts à la dernière page, chaque scène est ainsi une véritable prouesse de maquettage, découpage et collage, pour un résultat magnifique.

Le mythe du vampire ici mis en scène suit les caractéristiques établies par le roman original. Dracula se déplace essentiellement la nuit tombée, se nourrit de sang humain et craint autant les symboles religieux qu’un pieu enfoncé en plein cœur. Il peut se métamorphoser en animaux (en loup par exemple) et à le pouvoir d’hypnotiser ses victimes. Le jour, il repose dans un cercueil.

Au final, une adaptation très réussie, malgré un dessin pas toujours parfait, qui propose des reconstitutions 3D des scènes phares du livre avec un talent incroyable. Rien que cela en fait un ouvrage indispensable à votre bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *