Colin, Fabrice – Noirez, Jérome. Enquête sur les vampires

Les vampires sont à la mode, mais les origines du phénomène – réel ou fantasmatique – remontent à la plus haute Antiquité. Depuis la déesse Ishtar et le roi Assurbanipal, les lamies de la Rome antique, les sinistres exploits de Gilles de Rais ou de la comtesse Bàthory jusqu’aux vampires modernes, authentifiés ou supposés, comme le Vampire de Düsseldorf ou le redoutable Richard Trenton Chase, dans les années 60, ce livre illustré fait le point sur une longue et sanglante tradition.

En veillant à démêler fiction et réalité, Fabrice Colin et Jérome Noirez rassemblent de nombreux témoignages, englobant textes anciens, extraits de sites et rapports de police, à travers le monde entier. On y découvre des données physiologiques et médicales sur le vampirisme et les affections ou névroses qui peuvent y ressembler, ainsi que de nombreuses informations sur les principales « familles » de vampires : Nosferatu, Casanova, Bêtes et Pénitents, sans oublier les Chiang-Shi ou vampires asiatiques.

Ces dernières années, pas mal de nouveautés et de rééditions se sont engouffrées, succès oblige, dans la voie de l’essai vampirique. On peut entre autres citer Le Manuel du chasseur de vampires de Grégory Constantine ou le Traité de vampirologie d’Edouard Brasey. Des ouvrages certes sympathiques (ma préférence allant au premier) mais qui n’exploitent que de manière incomplète le fil ténu entre la réalité et la fiction (par la mise en page pour le Constantine, par la mise en page et l’introduction pour le Brasey). Et le tout de manière somme toute très classique, avec une volonté de se rapprocher du statut des grimoires et autre méthode/rapport d’époque.

Ce premier volume des « Cahiers de l’étrange », signé à 4 mains par Fabrice Colin (auteur de la série Les Étranges sœurs Wilcox, dont je vous rabats les oreilles depuis deux tomes) et Jérôme Noirez inaugure une collection d’écrits sur le paranormal qui abordent le sujet sous un angle moderne qui mêle habilement réalité et fiction, depuis la première jusqu’à la dernière page. Le livre est en effet présenté comme un carnet ayant appartenu au responsable d’une organisation d’étude des phénomènes paranormaux, laquelle n’est pas sans rappeler, sous certains aspects, le Talamasca cher à Anne Rice.

A partir de là, les auteurs vont tour à tour passer en revue les différents aspects mythologiques, médicaux et folkloriques du mythe du vampire en injectant au passage une bonne dose d’inventivité, détournant certaines idées (notamment celle des clans de Vampire : La Mascarade), étayant au maximum leur propos de documents, fac-similés, rapport et autres notes présentées comme véridiques.

Passant avec brio des cas de vampirisme que les amateurs connaissent maintenant sur le bout des doigts (Paole, Plogojovitz, etc.), les auteurs s’appuient aussi bien sur le folklore et les utilisations qui en ont déjà été faites pour dresser le portrait crédible et touffu d’une société vampirique qui œuvrerait dans l’ombre depuis l’aube de l’humanité. Leurs us et coutumes, les spécificités de chaque clan (et les liens entre les cas de vampirisme recensés à travers l’histoire et les caractéristiques de ces mêmes clans), leurs ennemis, etc. Le côté essai apparaît donc ici autant pour donner des clés au lecteur novice sur le sujet que pour proposer un ouvrage de fiction contemporain sur le thème.

Au final, une très belle réussite, qui tient en haleine d’un bout à l’autre, maquetté avec goût (sous la forme d’un carnet qu’on peut fermer avec élastique), illustré de manière sobre mais efficace. chaudement recommandé, car bien plus original que ce qui se fait habituellement dans le genre.

2 réponses à Colin, Fabrice – Noirez, Jérome. Enquête sur les vampires

  1. Iso dit :

    J’aime beaucoup le travail de Fabrice Colin, et c’est avec bienveillance et curiosité que je vais jeter un œil (les deux) sur cette enquête… Voilà une chronique que je vais ajouter dans mon Livre Noir.

  2. Asmodée dit :

    Je rejoins l’avis de Vladkergan. Enquête sur les vampires se distingue avec succès des ouvrages qui analysent le mythe des vampires. Censé divulguer au grand public l’existence des vampires et leurs mœurs, la grande force de ce livre aux allures de carnet tient en sa narration. Fluide et stylée, accrocheuse, celle-ci parvient à tenir en éveil l’intérêt du lecteur tout du long.

    En fait, ce petit bouquin à la mise en page soignée m’a fait penser à un guide de jeu de rôle, ce qui a pour atout d’immerger un peu plus le lecteur dans l’univers de l’ISPM. L’idée que les auteurs se soient basés sur les travaux de cette organisation spécialisée dans l’investigation des phénomènes metanaturels est excellente.

    De façon ludique, cette plongée au cœur du monde des vampires joue habilement sur les gammes du réel et de la fiction. Après un tour du monde des légendes se rapportant aux buveurs de sang, les différentes parties traitent leurs sujets avec force d’images, de faux documents et de témoignages factices à l’appui. Les différentes familles de vampires (Casanova, Nosferatu, Bêtes…), les noces de transformation, leur physiologie, leur démographie… les différentes rubriques se révèlent chacune passionnantes à parcourir.

    Le ton est toujours objectif et ne tombe jamais dans l’exagération. Enquête sur les vampires abonde d’anecdotes sur les créatures de la nuit, leurs proies et leurs ennemis, ce qui apporte un grand plaisir de lecture.
    L’un des meilleurs ouvrages de sa catégorie, vraiment bien élaboré, qui se dévore d’une traite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *