Cast, P.C – Cast, Kristin. La Maison de la Nuit. Tome 2 : Trahie

Zoey a trouvé sa place dans la Maison de la Nuit. Désormais, pour exercer son autorité, elle peut compter sur le soutien sans faille de ses amis et de son petit copain Erik. Mais un jour surviennent des événements tragiques : des adolescents humains sont assassinés. Tout laisse à penser qu’il s’agit de l’œuvre de vampires rebelles… Zoey a besoin de tous ses pouvoirs pour trouver les coupables car la mort frappe, impitoyable… Surtout, aura-t-elle le courage d’affronter la terrible trahison, à laquelle elle était loin de s’attendre ?

Cette deuxième aventure prenant pour cadre la Maison de la Nuit fait office de suite directe au tome précédent. On retrouve l’héroïne toujours un peu candide, mais néanmoins davantage consciente des responsabilités qui lui incombent. Entourée par son groupe de fidèles amis, elle va lier de nouvelles connaissances, notamment avec un vampire du nom de Loren Black et va essayer de concilier plusieurs affaires de cœur en même temps. À l’inverse des autres novices qui n’en ressentent peu ou pas du tout l’attraction, la soif de sang obsède Zoey. Celle-ci essaie tant bien que mal de maîtriser ses instincts sans avoir la possibilité d’en parler à quelqu’un de son entourage, et la présence de son ex-petit copain mortel n’arrange pas la situation.

L’aspirante vampire va tenter de réformer l’assemblée des Fils et des Filles de la nuit afin de mettre un terme au climat malsain instauré par Aphrodite, la précédente prêtresse. Si l’intrigue au début de la série avait révélé des carences niveau surprises et innovation, Trahie se montre plus relevé en rebondissements divers. Les auteures parviennent tout d’abord à instaurer un climat de suspicion au sein même de l’entourage de Zoey. Sa rivale Aphrodite semble mettre de l’eau dans son vin, tandis que Neferet, son mentor, se découvre sous un jour inquiétant. Bien que le ton reste léger, l’histoire parvient à faire preuve de plus de gravité. Les fréquentations de l’héroïne ne sont pas à l’abri d’un sort funeste et même le récit a parfois tendance à concéder quelques excès de mièvrerie, il reste intéressant à suivre.

Les caractéristiques des vampires se voient explorées plus en profondeur dans Trahie. Outre la soif de sang évoquée précédemment, Zoey et ses amis sont capable de maîtriser les cinq éléments que sont l’air, la terre, le feu, l’eau et l’esprit. Le concept d’une religion vampirique est judicieuse, espérons que les volumes suivant l’exploiterons à sa juste valeur. La relation liant un vampire à un mortel après une étreinte, même superficielle, est également à l’ordre du jour. Le phénomène porte le nom « D’empreinte » et rend un immortel et sa victime dépendant l’un de l’autre. On dit alors qu’ils ont « Imprimé » et cette affinité permet à un couple de ce genre de communiquer par télépathie, de percevoir des émotions communes.

P.C et Kristin Cast étoffent page après page leur univers qui gagne en consistance. Confortable à lire, suffisamment attractif pour maintenir son intérêt de la première à la dernière page, Trahie élève la série de La Maison de la Nuit à un niveau de qualité supérieur au précédent opus. De par sa facilité de lecture et ses thèmes faisant de l’œil aux ados, l’ouvrage se destine en priorité à un lectorat plutôt jeune, mais les curieux à la recherche d’une série vampirique, abordable et pas prise de tête, pourront aussi y trouver leur compte. Une suite agréable à découvrir quoi qu’il en soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *