Tae-Gyun, Kim. Vampire Island. 2009

Cela fait deux ans qu’Akira et ses parents sont sans nouvelles de Atsushi, leur fils ainé, parti en voyage avec sa petite-amie d’alors. Un jour, Akira rencontre une jeune femme qui lui explique que son frère est toujours vivant, et qu’il lutte contre des créatures de la nuit sur une île qui n’a jamais été répertoriée sur aucune carte : Higanjima.

Vampire Island est donc l’adaptation ciné du manga Higanjima, qui compte 33 tome au japon (et à ce jour toujours pas terminé par chez nous). La série de départ propose une ambiance horrifique assez pesante, qui conduit rapidement les protagonistes sur une île perdue où un ancien vampire sème la terreur après avoir annihilé une partie de la population.

Difficile de juger de l’adaptation, étant donné que je n’ai pas encore lu au-delà du tome 2 du manga, mais visuellement déjà, on est sur un registre un tantinet moins sombre, avec un petit côté kitsch pas désagréable (notamment au niveau du design du principal vampire de l’histoire). Le scénario se tient plutôt, malgré quelques longueurs et des passages un poil exagérés, ce qui est assez habituel dans les productions du genre. Reste que l’ensemble propose aussi quelques scènes de combat assez réussies (la scène d’intro, les premières armes du héros, le duel de fin pour en citer quelques unes) et plusieurs personnages sympathiques (dont un savant fou et une vieille harpie assez savourux), et se laisse du coup regarder.

Les vampires mis ici en scène ne semblent pas avoir de problèmes particuliers avec la lumière du jour. Ils ont besoin de s’abreuver régulièrement de sang et ne peuvent être tués que si on les décapite. Certains ont par ailleurs des capacités spéciales (et peuvent ainsi se métamorphoser en chauve-souris). Pour être transformés en vampires, ils doivent enfin être infectés par le sang d’un autre vampire.

Un film asiatique qui se laisse regarder sans ennui, rehaussé par quelques fulgurances au niveau des chorégraphies. Cela reste malgré tout dommage de ne pas retrouver le dynamisme de l’introduction, assez explosive, dans le reste du film. Reste à finir de lire le manga, pour savoir si ce dernier possède une fin différente ou non (sachant qu’il est fini au japon).

Tae-Gyun, Kim. Vampire Island. 2009

Tae-Gyun, Kim. Vampire Island. 2009

Tae-Gyun, Kim. Vampire Island. 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *