Mohan, Peter. Blood Ties. Saison 1. 2006

En raison de problèmes aux yeux (elle perd peu à peu la vue), Vicki Nelson est forcée d’abandonner la police. Déterminée à prouver qu’elle peut continuer à travailler, elle devient détective privé. Très vite, elle découvre un monde peuplé de créatures surnaturelles. Pour combattre le crime, elle se trouve un nouvel allié inattendu en la personne de Henry Fitzroy, un vampire âgé de 450 ans, fils illégitime de Henry VIII. Une collaboration qui n’enchante guère son ex-partenaire et amant Mike Celluci.

Ces dernières années, moult adaptations TV de série éditées sous le label J’ai lu pour elle ont vu le jour sur nos écrans. Initié en 2007, cette première saison de Blood Ties adapte ainsi la série les aventures de Vicky Nelson, de Tanya Huff. De l’empreinte « eau de rose » de la collection, on retrouve le triangle amoureux caractéristique, personnifié ici par une ex-flic détective, son ancien coéquipier et un vampire de plus de 400 ans.

Pour le reste, l’héroïne va peu à peu découvrir qu’en marge du monde qu’elle connaît se dresse un monde plus sombre, où vampires, Wendigo et autres démons évoluent à l’insu de la plupart des mortels. Elle va ainsi faire face à de nombreuses menaces, au fil de ses enquêtes, et peu à peu découvrir qui se cache sous les traits angéliques d’Henry Fitzroy, son partenaire vampire. Elle va également être confronté à un démon très puissant qui n’aura de cesse de finir la tâche qu’il a commencée avec elle, et pour laquelle il l’a marquée.

On est donc dans une sorte de Buffy-like (pour la confrontation entre un univers réel, connu de tous, et un univers peuplé de monstres, que en connaissent que certains initiés), mais la partie sentimentale est nettement plus ennuyeuse, en cela que les acteurs (notamment celui qui joue l’ancien partenaire de Vicky) ne sont pas des plus convaincants, et que l’ensemble souffre par un côté trop caricatural. Vicky, partagé entre son attirance pour Mike et Heny, parviendra-t’elle a faire un choix ?

Les vampires de cet opus sont essentiellement représentés par Henry Fitzroy, fils illégitime du roi Henry VIII, transformé par une maîtresse qu’il a depuis perdu de vue. Il ne peut se déplacer que la nuit, dispose de nombreux dons (comme la force et la résistance physique, une certaine habileté à hypnotiser les gens, etc.). Il n’a pas besoin de s’abreuver chaque soir, mais plus il attend, plus ses forces vont en s’amenuisant (et plus ses capacités de régénération risquent de ne pas lui permettre de survivre). La transmission de l’état de vampire se fait ici par échange de sang, comme dans la plupart des histoires de vampires. Par ailleurs, la série va nous permettre de découvrir un ancien artefact capable de drainer le sang d’un vampire, sang qui peut alors être utilisé par des êtres humains pour prolonger indéfiniment leur espérance de vie.

En définitive, cette première saison lance une série qui n’est pas inintéressante mais manque cruellement d’originalité. Le triangle amoureux fait très déjà vu, les acteurs peinent à convaincre et cabotinent plus qu’autre chose, bref rien de bien transcendant. Une première saison qui ne restera pas dans les annales, à voir si la suite s’avère un tantinet supérieure… A noter que suivant les pays le série est rassemblée en une seule saison, ou séparée en deux parties.

Mohan, Peter. Blood Ties. Saison 1. 2006Mohan, Peter. Blood Ties. Saison 1. 2006Mohan, Peter. Blood Ties. Saison 1. 2006

Bande annonce de Blood Ties

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *