Lande, Jorn – Holter, Trond. Dracula, Swing of Death

Chanteur de Ark et Masterplan, participant récurrent du Avantasia de Tobias Sammet (leader d’Edguy), Jorn Lande n’est pas un nouveau venu dans la sphère power metal/heavy metal. Pour ce concept album aux airs d’opéra metal (ce qui nous rapproche donc d’Avantasia et des albums d’Ayreon), le chanteur s’est associé avec Trond Holter, guitariste du groupe de glam norvégien Wig Wam. Le duo, par l’intermédiaire de son label Frontiers Records a par ailleurs fortement communiqué en amont de la sortie de l’album. Reste que j’ai fini par me lasser de ce genre de projets, dont la partie musicale flirte trop souvent avec une surenchère (dans le nombre de chanteurs, dans les solos à n’en plus finir, etc), c’est donc sans grande conviction que je me suis lancé dans la première écoute de l’album.

Bien m’en a pris, car dès l’introduction et les premiers riffs de guitare, force est de constater qu’à la différence de ce qui se fait habituellement dans le genre, les deux musiciens (accompagnés de la chanteuse Lena Fløitmoen Børresen) ayant choisi la sobriété : pas de grands interludes pompeux, de solos à n’en plus finir ou de synthés à tout va. On est davantage dans l’esprit d’un Savatage, voire d’un Meat Loaf, que d’Avantasia. Jorn Lande, en maître d’œuvre du projet, incarne ainsi Dracula, tandis que Lena incarne Mina. L’histoire se focalise donc sur les deux personnages, qui seuls interviennent au chant.

C’est Dracula qui porte l’essentiel du chant (et donc de l’histoire), depuis les origines de sa transformation (fortement inspirée par l’introduction du film de Coppola) jusqu’à sa rencontre avec Mina, à l’occasion d’un bal masqué. Mina, dans un premier temps effrayée par le baiser de la mort que lui propose Dracula, va-t-elle finir par céder à ses avances ? Au final de l’échange entre les deux personnages, le comte vampire abordera avec celle sur laquelle il a jeté son dévolu plusieurs des caractéristiques de son état de vampire. À commencer par son statut de créature de la nuit, la lumière du soleil lui étant fatale. Tout comme les crucifix et l’eau bénite, des armes devant lesquelles il doit battre en retraite. Sans compter ce qui sous-tend l’essentiel de son existence, à savoir la nécessité de boire du sang pour assurer sa survie.

Un album de bonne facture, qui s’avère bien plus intéressant que ce qu’on pouvait espérer. Porté par le duo chanteur/guitariste, plus que par le duo entre le chanteur et la chanteuse (dont la participation est assez mince), l’ensemble se positionne comme un mariage entre le Dracula de Coppola (pour la romance entre le vampire et Mina), et le Bal des Vampires de Polanski (pour sa scène du bal, qui sert ici de cadre à la rencontre entre les deux personnages).

Listes des titres

1. Hands of your god
2. Walking on water
3. Swing of death
4. Masquerade ball
5. Save me
6. River of tears
7. Queen of the dead
8. Into the dark
9. True love, through blood
10. Under the gun

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *