Nakahara, An. Luna Kiss, tome 2

Luna apprend de sa mère que de nouveaux pouvoirs émergent chez les jeunes filles vampires quand ces dernières tombent amoureuses. Dans le même temps, elle comprend que Taiga et Haruka Kisaragi cachent un secret, ce qui explique leur attitude l’un envers l’autre. Et si la jeune fille semble peu à peu s’attacher à Haruka, Taïga ne la laisse pas indifférente, malgré ses réactions changeantes. Un jour, alors qu’elle croise par hasard Haruka et qu’il l’invite chez les Kisaragi, elle est contrainte de rester passer la nuit, une pluie diluvienne s’étant abattue sur la ville. Serait-ce l’occasion d’en savoir un peu plus sur la relation qui unit les deux jumeaux ?

Le premier tome amorçait sa trame sur la période charnière pour Luna que représente sont adolescence, et la possibilité qui s’offre à elle de choisir entre redevenir humaine ou rester une vampire. Cette suite poursuit dans la même direction tout en approfondissant (sans pour autant lever le voile à ce niveau) sur le secret que dissimulent la famille Kisaragi, et le triangle amoureux qui continue entre Luna, Taïga et Haruka. L’ensemble n’est pas forcément désagréable mais manque quelque peu de rebondissements, principalement dans sa gestion de la relation entre les trois protagonistes principaux.

Côté dessin, le trait de An Nakahara est assez représentatif de ce qu’on trouve dans la romance shojo moderne, particulièrement au niveau du traitement des visages (et des yeux). Les décors disparaissent régulièrement, donnant à la mangaka l’opportunité de se concentrer sur ses personnages et leurs expressions. De mon point de vue, il y a malgré tout un côté « too much » au niveau de la patte graphique qui renforce le peu d’intérêt que parvient à éveiller le titre.

En ce qui concerne les vampires, on découvre rapidement qu’à l’adolescence, les vampires développent de nouveaux pouvoirs, particulièrement s’ils sont amoureux. Ces pouvoirs peuvent varier entre les individus, et Luna va s’avérer doter de capacités inattendues. Pour le reste, si son père est au courant que le reste de la famille (Luna et sa mère) sont des vampires, la jeune femme fait tout pour dissimuler cet état de fait, particulièrement aux jumeaux Kisaragi.

Deuxième opus dans la droite lignée du premier, cette suite peine toujours à me convaincre. S’il y a des idées amusantes dans le lien entre les pouvoirs des vampires et l’éveil de leurs sentiments, l’ensemble peine à convaincre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *