Mignola, Mike – Stenbeck, Ben. Witchfinder, tome 1. Au service des anges

Edward Grey est un chasseur de créatures surnaturelles, adoubé par la Reine après avoir sauvé cette dernière des manigances de sorcières. Depuis, il officie pour la couronne et enquête quand les forces de police sont dépassées par des affaires extraordinaires. Alors qu’une nouvelle victime est retrouvée exsangues dans les rues de Londres, Edward va enquête sur les répercussions d’une expédition financée par Lord Wellington. Bientôt, ses avancées suscitent l’intérêt de la mystérieuse Fraternité Héliopique de Râ.

Witchfinder est une des dernières séries en date du Hellboyverse. Chronologiquement, il s’agit de celle dont les récits sont les plus anciens, le personnage central évoluant à la fin du XIXe siècle, à Londres. D’emblée s’impose un mélange relativement réussi entre l’univers du démon rouge et les détectives de l’occulte. Edward Grey tient en effet autant de personnages chers à Mignola comme Hellboy ou Baltimore, mais peut également rappeler Harry Dickson, Carnacki et autres Jules de Grandin. L’ensemble démarre sans temps mort, s’intercale dans un univers déjà balisé (même si  à une époque bien plus ancienne) et s’impose comme une nouvelle réussite du mastermind Mignola.

Witchfinder est seulement scénarisée par Mignola, qui cède une fois de plus le dessin à Ben Stenbeck. Ce dernier a un style qui rappelle sans nul doute celui du créateur d’Hellboy, mais son trait est moins caractéristique. Les personnages sont ainsi beaucoup moins anguleux. La mise en couleur et les encrages contribuent pour autant à renforcer la filiation avec l’univers graphique de Mignola.

Les vampires ne sont pas d’emblée présents dans ce premier recueil de la série, mais la créature que poursuit Grey a de grosses similitudes avec eux. En effet, cette entité a besoin de s’abreuver de sang pour prendre chair dans le monde des vivants, laissant ses victimes exsangues, tout en ne pouvant se mouvoir que la nuit tombée. Ce qui a tôt fait de faire d’elle un vampire aux yeux des journalistes.

Premier opus d’un ensemble narratif rattaché à l’univers de Hellboy tout en étant situé avant les histoires de ce dernier, Witchfinder est un préquelle victorien très réussi à la série centrale de Mike Mignola. On en redemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *