Collectif. Grausam Rouge, numéro 1

Grausam Rouge est un publication pour le moins à la marge de ce qui fait habituellement, consacrée au cinéma de genre. Sous la houlette de Hantik Films, ce premier numéro est ainsi intégralement consacré au Fright Night (AKA Vampire vous avez dit vampire ?) de Tom Holland, un film daté de 1985 qui fit date en ce qui concerne le vampire cinématographique. En effet, alors que les films de la Hammer restaient assez sobre en ce qui concerne les effets spéciaux, le film de Tom Holland jouait la carte des effets spéciaux en transformant en véritables monstres ses vampires.

 Dirigé par André Quintaine, tête de pont de Sueurs Froids et de l’association Sin’Art, ce numéro hors-série offre ni plus ni moins qu’une immersion totale dans l’ambiance du film de Holland. Sur un papier glacé couleur ont ainsi été reproduit des images extraites du film, en noir et blanc et en couleur, dans une qualité irréprochable. Le texte, s’il est assez peu présent, est quant à lui traduit en anglais, allemand, espagnol et italien.

Le choix du texte minimal permet au lecteur de s’imprégner sans influence de l’ambiance du film, qu’il s’agisse des moments-clés de l’histoire ou des scènes où les effets spéciaux s’en donnent à cœur joie (à l’image de la couverture, sans doute une des images les plus connues du long métrage).

Niveau vampire, ceux qui ont déjà vu le film sont en terrain connu. On est dans les pas du buveur de sang cher à Stoker : il craint les symboles religieux (crucifix, etc.), et peux être détruit si on lui enfonce un pieu dans le coeur. Il est en outre affligé d’uns soif de sang qu’il doit étancher régulièrement. Reste que lorsqu’il fait appel à ses pouvoirs ou a besoin de se nourrir, son visage se transforme pour laisser le monstre s’exprimer.

Une publication certes courte (20 pages) mais qui devrait contenter les amateurs du films, à la recherche de raretés sur ce dernier. Pour les autres, cela risque surtout de donner envie de re-découvrir ce film culte du genre, la qualité de la photographie et le soin apporté à la maquette risquant d’avoir un effet déclencheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *