Artikel Unbekannt, Schweinhund. Noir et Rouge

Au travers de cette anthologie de trente nouvelles, le lecteur aura longuement la possibilité de se frotter avec la plume de l’entité bicéphale Artikel Unbekannt / Schweinhund. Non qu’il s’agisse de deux auteurs différents, étant donné que ces deux pseudonymes se rapportent au même auteur, mais il est bien question ici de deux approches de la littérature de genre. Artikel Unbekannt est ainsi le versant « Angoisse » (la collection de Fleuve Noir) de l’auteur, Schweinhund sa déclinaison « Gore » (autre collection bien connue du Fleuve Noir). On compte ainsi un roman sous ce nom dans la collection Trash, qui ressuscitait l’approche « Gore ». Baigné par des influences comme le Giallo, le cinéma de Carpenter et de Franco, le hard-boiled…

Si j’ai rencontré Artikel Unbekannt / Schweinhund il y a maintenant plusieurs années, pour son travail autour de Trash, il m’aura fallu un moment pour comprendre que plusieurs des textes de l’auteur convoquaient la figure du vampire. Dès lors, quoi de plus logique que de mettre la main sur ce qui s’avère être une compilation des différents textes courts du monsieur, incluant des inédits, mais surtout tous ses textes vampiriques, publiés au gré des Almanachs des Vampires de Rivière Blanche, et d’Histoire d’Aulx (une anthologie publiée dans le cadre du festival imaJn’ère où l’on retrouve aussi David Khara).

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié les univers de l’auteur. Si la lecture du recueil d’une traite amplifie fortement l’absence de lumière qui se dégage de ses textes (qui peut s’avérer de fait éreintante), force est de constater le savoir-faire d’Artikel Unbekannt / Schweinhund pour poser des ambiances pesantes. Le nouvelliste semble à son aise quel que soit les univers et figures convoquées, qu’il s’essaie à la Lovecrafterie (« Retour aux sources »), qu’il joue avec certains super-héros bien connus (« Dark Knight ») ou moins connus (« La tension de la stratégie »), voire exhume des personnages emblématiques de la littérature de genre passée (« Le masque et la marque », « Le péril jaune »).

Côté vampire, on relève donc les textes suivants : « Rouge », « Jaune », A feu et à sang ». Trois textes rattachés au pseudonyme Artikel Unbelannt, et pas à Schweinhund. Une preuve de plus que le vampire a davantage sa place dans le giron fantastique que dans le gore à proprement parler. « Rouge » nous plonge dans les méandres de l’esprit d’un personnage dans les pensées duquel la couleur rouge tourne sans discontinuité. Si le lecteur ne comprend pas d’emblée dans quel cadre se situe le personnage, l’évolution de l’intrigue amènera des réponses… et une confrontation autant avec le réel (un docteur) et le mystique (un prêtre). Un texte qui bascule avec le religieux, et voit le personnage principal briser les dernières attaches qui le maintiennent tant bien que mal dans la réalité.

« Jaune » est présenté par son auteur comme une ode au Giallo. Il faut dire qu’avec un personnage féminin qui ne parvient pas à comprend les rêves qui l’assaillent, et la surveillance dont elle est l’objet, la figure du Dario Argento des Frissons de l’Angoisse n’est pas très loin. Mais l’auteur choisira un basculement vers le surnaturel, quand après avoir cédé à ses instincts, le voile d’obscurité qui recouvre les souvenirs de l’héroïne commencera à se déchirer.

Enfin, il y a « A feu et à sang ». Un texte qui en appelle à Jesus Franco et à deux de ses personnages vampiriques les plus emblématiques : La comtesse Carody, de Vampyros Lesbos, et la Comtesse Noire, du film éponyme. Un duo diablement séduisant, qui fera basculer dans l’horreur le protagoniste du texte, rapidement sous le charme de la première… avant de rencontre la seconde. Un bel hommage à l’approche érotique de la créature, autant qu’à la filmographie de Franco.

Si j’ai globalement apprécié ma lecture, j’avoue que c’est davantage dans la prose d’Artikel Unbekannt que je trouve mon bonheur. Beaucoup plus crue et frontale, la plume de Schweinhund est nettement moins en phase avec mes goûts. Mais l’ensemble vaut quoi qu’il en soit la lecture pour les amateurs de littérature en tous genres, car l’auteur a une bonne maîtrise des ambiances, et ses trois textes vampiriques explorent chacun un aspect différent de la carrière littéraire et cinématographique des buveurs de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *