Arlen, Michael. Enfer! S’écria la Duchesse

Dans le Londres des années 30, la Duchesse de Dove est une aristocrate aussi estimée que discrète, qui vit recluse depuis son veuvage. Pour autant, de plus en plus de personnes l’aperçoivent dans les milieux interlopes, dans des situations allant à l’encontre des bonnes mœurs. La police finit par s’intéresser à elle alors que sévit celle que la presse a surnommée Jane l’Éventreuse. Il semble en effet que les allées et venues nocturnes de la Duchesse croisent les traces de la tueuse en série. Scotland Yard peine pour autant à être convaincu de l’implication de cette dernière. Avec l’aide du Colonel Wingless, aventurier cousin de la Duchesse, le détective Basil Icelin décide de mener l’enquête.

Les libraires sont bien souvent des personnes de choix pour vous mettre entre les mains un livre qui avait échappé à votre sagacité. C’est ainsi à l’occasion d’une édition du Salon du Vampire que le libraire partenaire, L’Esprit Livre, m’avait surpris en intégrant à sa sélection d’ouvrages vampiriques ce court roman de Michael Arlen. L’auteur, qui s’est surtout fait connaître dans l’Angleterre des années 20, a été porté plusieurs fois à l’écran, notamment pour la série TV Alfred Hitchcock Présente. Si son plus grand succès, Le Chapeau Vert, est catégorisé comme une romance, Arlen s’est également essayé au roman gothique. Entre récit policier et hésitation entre surnaturel et réel, voici comme se présente ce Enfer ! S’écria la Duchesse.

Le récit démarre sur un portrait flatteur de la protagoniste centrale de l’histoire, la Duchesse de Dove. Arlen la décrit comme une personnalité irréprochable, peu portée sur le mondain, mais estimée et louée de ceux qui la côtoient. De quoi surprendre la bonne société londonienne, aux oreilles de laquelle volent des anecdotes peu flatteuses des nouvelles habitudes sulfureuses de la veuve jusque-là bien tranquille. La plume de l’auteur ne manque pas d’humour, tout en travaillant à un ancrage de l’histoire dans son époque, entre la montée en puissance du communisme et les reliquats d’une affaire Jack L’Éventreur jamais résolue.

Le roman est assez intelligent dans sa construction, et tire son épingle du jeu par rapport à ce qui se faisait alors. On est ici très éloigné d’un Détective de l’Étrange, le duo d’enquêteur à la manœuvre partant sur des pistes on ne peut plus tangibles. Pourtant, c’est bien vers le mystère que s’orientera la résolution de leur intrigue, de quoi remettre en question les convictions des plus rationnels.

Concernant la part vampirique du texte, elle se concentre autour de ce personnage que la presse surnomme bientôt Jane L’Éventreuse. On découvre que cette dernière laisse derrière elle des victimes quasi exsangues, sans que les autorités en identifient la raison. C’est la confrontation finale entre Wingless, Icelin et le sinistre individu à l’origine de toute cette affaire qui donnera les clés pour comprendre de quoi il retourne. Encore une fois, la quête du sang apparaît comme un moyen de s’assurer une certaine longévité.

Inattendu, Enfer ! S’écria la Duchesse de Michael Arlen est une trouvaille qui vaut vraiment qu’on s’y intéresse, autant par la plume de son auteur que par sa construction à contre-courant de ce qui se faisait alors.

Arlen, Michael. Enfer! S'écria la Duchesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *