Araki, Hirohiko. Stardust Crusaders, tome 1

Lycéen voyou et violent, Jotaro Kudo sent depuis quelques temps une force mystérieuse radier de sa personne. Une force qu’il pense maléfique, et qu’il aimerait pouvoir comprendre. Pour se faire, il décide de se laisser emprisonner. Sa mère, Holly, décide alors de faire appel à Joseph Joestar, son père. Ce dernier pourrait en effet être en mesure d’aider Jotaro à canaliser ce pouvoir mystérieux, qui semble lié à la trilogie familiale séculaire qui oppose les Joestar à Dio.

Si je connais au moins de nom la saga Jojo’s Bizarre Adventure, ce premier volume de Stardust Crusaders est ma première rencontre réelle avec l’univers de Hirohiko Araki. Un univers pour le moins violent, même si davantage ancré dans le monde réel que ce que je pensais (même si les personnages disposent de pouvoirs surnaturels). On y découvre donc le dernier héritier des Joestar qui va découvrir l’origine de ses pouvoirs et décider de suivre son grand-père sur les traces de Dio, le vampire contre lequel lutte leur famille depuis plus d’un siècle.

L’essentiel de l’action repose sur les Stand des personnages. Une personnification de leur force vitale qui leur procure des pouvoirs hors du commun, et prend vie lors des combats menés. Les Stand varient d’une personnage à un autre. Ainsi, Jojo possède une vitesse et une force décuplée, alors que Mohammed Abdul possède la maîtrise du feu et de la chaleur.

Le dessin fait indubitablement penser à celui de Testuo Hara, l’auteur de Ken le survivant. Les personnages masculins ont un physique bodybuildé (et des traits assez marqué), tandis que les personnages féminins sont de frêles jeunes femmes. Même avec cette impression, l’ensemble n’est pas désagréable à lire, les combats étant aussi dynamiques que lisibles. Le tout avec une petite touche horrifique lorsqu’il s’agit de donner vie à des stands plus maléfiques.

 Niveau vampirique, on découvre donc que Dio, le vampire ennemi de la famille Joestar arpente à nouveau le monde, après avoir été libéré du cercueil où il était enfermé depuis un siècle. Son statut de vampire, il le doit semble-t-il au pouvoir d’un masque aztèque qui l’a transformé en créature assoiffée de sang. On ne sait pas bien s’il éprouve une limite du au cycle du jour et de la nuit, mais le besoin de boire du sang es bien présent, comme le prouve les cadavres qu’il porte dans son sillage. Il possède quelques pouvoirs supplémentaires, comme celui de parasiter les possesseurs de Stand pour en faire des esclaves dociles.

S’il s’agit en fait de la 3e saison du manga Jojo’s Bizarre Adventure, il n’y a pas de problèmes à commencer par ce volume. Les liens avec les saisons précédentes sont explicités en ouverture (de même qu’un rappel complet de la storyline), et savent ne pas se faire trop présent. J’attends de lire la suite pour poursuivre ma découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *