Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Photographe et historien d’art hollandais, Hans Corneel de Roos habite à Munich depuis 1986. Il a étudié les sciences sociales et politiques à Amsterdam et Berlin, et s’implique dans les études autour de Dracula depuis 2010. Il a visité la Roumanie une dizaine de fois, pour prendre des photos et faire des recherches pour un guide de voyage sur Dracula, coécrit avec Dacre Stoker, l’arrière-petit-neveu de Bram Stoker. Il a notamment identifié, parmi d’autres choses, l’endroit que Bram Stoker avait en tête pour son château fictif de Dracula, ainsi que pour la Scholomance, la mythique école du Diable. Il a également résolu le mystère entourant la vie du comte Dracula quand ce dernier était encore humain. Début 2014, il a découvert que Makt myrkranna, la version islandaise de Dracula, n’était pas une traduction conventionnelle du roman de Stoker, et en a alors commencé la traduction. Il a mis sur pied et officié en tant que modérateur au 4e congrès International sur Dracula, qui s’est tenu au Trinity College, à Dublin, en octobre 2016. Il coopère actuellement avec l’Université Transylvanienne de Brasov, pour donner le coup d’envoi d’une série de Congrès Internationaux sur Dracula, qui débuteront en 2018. Pour son dernier projet photo en date, une école d’art et de photographie sur l’île Bantayan, il coopère avec l’université Meisei de Tokyo.

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Portrait of Hans de Roos by Danyella Mar Alquizalas, Talamban, Cebu

Il y a quelques semaines sortait Powers of Darkness, la première traduction anglaise de la version islandaise du Dracula de Bram Stoker. Laquelle s’avère être bien plus qu’une traduction fidèle ? Qu’est-ce qui vous a conduit à cette découverte ?

Je pense que sont avant tout à blâmer mon incurable curiosité et un certain scepticisme concernant les vérités établies. En décembre 2013, je retravaillais un essai sur les relations entre les faits et la fiction dans Dracula. La préface de la version islandaise était connue depuis 1986, au moment où Richard Dalby a réalisé une traduction de cet avant-propos. Stoker y affirmait par trois fois que tous les événements décrits dans le roman avaient réellement eu lieu. Mais ce texte contenant également une remarque cryptique concernant les meurtres de l’Éventreur, «qui arrivent un peu plus tard dans le récit», d’après la traduction de Dalby. Dans Dracula, pourtant, les meurtres de Jack l’Éventreur ne sont jamais mentionnés. J’ai donc décidé de vérifier le texte islandais, directement à la source, et ai écrit à plusieurs bibliothèques de Reykjavik. J’ai dans un premier temps reçu un scan de la préface, puis plus tard j’ai trouvé le reste du roman. À partir du 13 janvier 1900, il avait été publié sous forme de feuilleton dans un journal, Fjallkonan, édité et publié par Valdimar Ásmundsson. Quand j’ai commencé à en traduire quelques lignes, j’ai découvert des scènes et des personnages qui étaient absents de Dracula. Depuis le premier article de Dalby en 1986, tout le monde avait suivi sa supposition sur le statut de la version islandaise, celui d’une simple traduction abrégée. Mais elle s’avérait être une modification complète du roman.

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Vous avez appris l’islandais de manière à traduire le livre. Combien d’années cela vous a-t-il pris entre la première découverte et la sortie du livre . Avez-vous été la seule personne impliquée dans le projet ?

Powers of Darkness a été publié le 7 février 2017. Mon rapport préliminaire sur Makt myrkranna avait été publié le 3 février 2014, dans le bulletin de nouvelles de la Transylvanian Society of Dracula. C’était juste 12 jours après que j’ai découvert que la version islandaise avait sa propre trame et des personnages supplémentaires. À ce moment-là, je ne connaissais aucun mot islandais. Je m’étais rendu en Islande en 2002, mais tout le monde parle parfaitement anglais là-bas, comme en Hollande. J’ai dû utiliser Google Translate pour créer un brouillon très sommaire. J’ai été assez chanceux pour trouver 25 natifs islandais, répartis autour du globe, pour m’aider à l’améliorer. À chaque étape, je retravaillais le texte, et en comparant la traduction au texte d’origine, j’ai commencé à apprendre l’islandais. L’islandais est une langue très difficile, car elle a conservé des inflexions et des déclinaisons qui remontent au Moyen-Âge. Il ne faut pas seulement de bons dictionnaires, il faut une base de données capable de reconnaître la douzaine de formes possibles pour chaque mot. Mais avec l’aide de mes partenaires islandais, je me suis bien débrouillé, je pense, et ai finalement été capable de surmonter des difficultés trop complexes pour des Islandais contemporains. Depuis l’époque de Valdimar, la langue a un peu changé, et j’ai dû étudier comment certaines expressions étaient utilisées dans d’autres journaux et ouvrages de cette époque. De nombreuses autres personnes ont été impliquées pour adoucir et parfaire le texte anglais : Pienette Coetzee et sa sœur Lounette Loubser, mon agent Allison Devereux, John E. Browning – qui a également écrit la postface – pour en mentionner quelques-uns. Ásgeir Jónsson, qui a édité la troisième édition de Makt myrkranna en islandais, m’a été également d’une aide précieuse ces trois dernières années, avec ses connaissances de l’époque.

REFERENCE:
 De Roos, Hans Corneel. Makt myrkranna – Mother of all Dracula modifications? Letter from Castle Dracula, Icelandic Issue, 3 February 2014

Comment expliquez-vous que personne ne se soit penché auparavant sur la version islandaise du roman, bien que la préface en ait été traduite ?

Une partie de la réponse se situe au niveau de l’isolation linguistique de l’Islande. Comme je l’ai déjà mentionné, apprendre l’islandais est très difficile — encore aujourd’hui, je suis uniquement capable de le déchiffrer, pas de le parler. Les chercheurs qui enseignent à l’université doivent effectuer leurs recherches avec un budget limité, dans un temps imparti, et la plupart de leurs objectifs de recherche sont prédéfinis par les structures pour lesquelles ils officient, et par la direction dominante dans leur champ d’investigation. De fait, aucun chercheur dans une telle position n’avait fait l’effort de regarder en profondeur un texte aussi exotique que Makt myrkranna. Il faut un surplus d’énergie pour traduire un texte islandais à partir d’un scan du livre : il faut se rendre à Reykjavik et essayer de le traduire par soi-même, bien que deux traductions professionnelles en anglais soient déjà disponibles pour la préface. En 2004, Robert Eighteen-Bisang de Vancouver a été à l’origine d’une nouvelle traduction de la préface (à titre privé) par Sylvia Sigurdson, car il n’était pas convaincu par celle de Dalby. Ce n’était pas une grosse amélioration, néanmoins, mais je ne le savais pas encore. Après avoir retranscrit la préface, j’ai copié une ligne et l’ai collé sur Google, pour voir si quelqu’un avait déjà publié à ce sujet. C’est comme cela que je suis tombé sur le reste du texte islandais. Tous les journaux islandais ont été numérisés, pour faire partie d’une immense base de données digitale. Mais au début, on est obligé d’avancer pas à pas, sans savoir si ça aboutira à quelque chose. C’est également ainsi que j’ai fait mes autres découvertes importantes sur Dracula, comme la localisation du château du comte, celle de la Scholomance, ou concernant l’identité du comte avant qu’il ne devienne Dracula le non-mort. J’ai décrit cette contre-méthode dans un essai non publié : The Hermeneutics of the March Hare.

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Pourquoi cette préface est-elle absente de l’édition originale anglaise ?

C’est toujours une énigme aujourd’hui. Le bibliophile dublinois John Moore pensait que la préface islandaise était une partie du manuscrit original, rejeté par l’éditeur, Constable, car elle était trop longue. Moore avait même assuré avoir vu cette partie du texte dans le tapuscrit original. Dans les années 1980, ce dernier était dans les mains de John McLaughlin, un collectionneur californien, avant d’être finalement mis aux enchères à Christies et acheté par Paul Allen. Mais comme je l’ai découvert, la traduction de Moore du « document perdu » s’est avérée identique, mots pour mots, à celle de Sigurdson dont j’ai parlé un peu plus haut. Robert m’a même montré le contrat de traduction et ses échanges avec Silvia concernant le texte. Ce qui signifie que le texte de Moore ne peut pas être un original ; une fois traduit en islandais, et à nouveau en anglais, il est impossible que les deux textes soient identiques.

REFERENCE : 
De Roos, Hans Corneel. Bram Stoker’s Original Preface to Dracula revealed? Letter from Castle Dracula, Easter Issue, 18 April 2014.

N’est-ce pas surprenant que cette traduction islandaise soit une des premières pour Dracula ? Dans notre propre pays (La France), la première traduction ne date que de 1919, bien plus tard que cette version nordique.

Peut-être que la plupart des Français ont une aversion envers ce qui vient d’Angleterre ? Même le prénom de Stoker a été orthographié de manière erronée en France. 1 Les Français refusent d’utiliser des mots anglais comme « computer ». Mais les Islandais ont aussi inventé leurs propres formes natives pour des mots comme « television » ou « cell phone ». À la différence de l’Islande, qui était dépendante de l’import des récits d’horreurs, les Français avaient une tradition forte de littérature à suspense, bien avant que Dracula ne soit publié. Le capitaine vampire de Marie Nizet, publié à Paris en 1879, était à de nombreux égards bien mieux écrit que Dracula, et je suspecte Stoker d’y avoir puisé des idées 2. Pas pour Dracula, mais pour Le repaire du ver blanc. Peut-être les Français trouvaient-ils le roman de Stoker superflu ?

REFERENCE : 
De Roos, Hans Corneel. Marie Nizet’s Le Capitaine Vampire – And where it failed to influence Stoker. Letter from Castle Dracula, Autumn Issue, 28 October 2015.

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Bram a-t-il fait traduire le roman par lui-même, sans demander l’aide ou l’implication de son éditeur anglais ?

Etant donné son contrat de publication, qu’il avait lui-même rédigé, Stoker était libre de vendre les droits pour des traductions de Dracula en langue étrangère. Mais il ne comprenait certainement pas l’islandais, même si son comte se vantait d’avoir des ancêtres islandais. La version islandaise a été intégralement réalisée par Valdimar Ásmundsson, qui parlait 6 langues, en plus de maîtriser le latin et le grec.

Dans votre propre introduction, vous avez réalisé un impressionnant travail en recréant la carte de la totalité du château. Cela était-il uniquement possible avec Powers of Darkness, étant donné que la partie du roman consacrée au château (l’histoire de Thomas Harker) est plus longue que celle publiée dans le roman original ? Comment avez-vous procédé pour cette partie du projet ?

Vous avez raison. Dans Makt Myrkranna, la partie transylvanienne est simplement bien plus longue que dans Dracula. Dans son entrée de journal du 10 mai, Harker rapporte une exploration qui lui a pris la journée, des quatre ailes du château, sur différents étages. Il se promène dans la galerie de portraits, à travers les quartiers originellement occupés par les femmes, la tour d’entrée, puis à travers un escalier en spirale, arrive dans une crypte souterraine et une chapelle. De là, il remonte au quatrième étage, découvre la chambre aux trésors du comte et sa salle de bain privée, et se retrouve dans la salle à manger. Durant une autre exploration, il visite la chambre du premier cousin du comte, et enfin, découvre un escalier secret qui le conduit à un temple souterrain, où il est témoin d’une sanglante scène de sacrifice humain. En traduisant de l’islandais, j’ai dû imaginer tous ces chemins et espaces, je me suis alors demandé si un plan cohérent était à la base de cela. J’ai débuté avec des croquis à main levée, essayant toutes les combinaisons possibles, pour découvrir qu’il n’y avait qu’une seule manière logique de faire coïncider l’ensemble des descriptions. J’ai alors repris mes schémas sur Photoshop. C’est au final Pienette Coetzee, un jeune artiste talentueux bénévole dans mon studio, qui a repris ces plans dans un superbe style médiéval, comme cela peut-être constaté sur le site du projet www.powersofdarkness.com. Cartes, photos et autres éléments graphiques ont toujours été essentiels à mes recherches. La véritable localisation du château de Dracula, par exemple, pouvait uniquement être mise au jour via des études attentives des cartes militaires de la région de Borgo. À la base, toute mon implication dans des recherches sur Dracula trouve son origine dans mon travail sur un roman photo à partir de Dracula, que je voulais enrichir de textes et illustrations pour le livre The Ultimate Dracula. J’ai d’ailleurs vu que le prix du livre en France montait jusqu’à 1000 Euros !

REFERENCE : 
De Roos, Hans Corneel. The Ultimate Dracula. Munich: Moonlake Editions, 17 April 2012.

Dans votre introduction à Powers of Darkness, vous évoquez plusieurs pistes expliquant comment Dracula a pu arriver en Islande, et si Bram Stoker et Valdimar Ásmundsson se sont rencontrés, ou auraient échangé des lettres. Mais aucune preuve de contact entre eux n’a été découverte à ce jour. N’est-ce pas décourageant ?

Essayer de trouver une connexion entre Dracula et Makt myrkranna a été un vrai challenge, et la réponse a été très surprenante. Dans la première édition de Powers of Darkness, nous n’avons pas été en mesure de l’aborder, car elle a émergé juste après la publication. Dans un certain sens, ça a été un effet de la publication de Powers of Darkness, et de toute la publicité internationale qui en a résulté. Bien que mes hypothèses doivent maintenant être révisées, je suis fier d’être allé jusqu’au bout.

Vous parlez par énigme, pouvez-vous détailler ?

Durant les trois dernières années, j’ai essayé de trouver un lien entre Bram et Valdimar. J’ai cherché des lettres, un brouillon en anglais ou un accord contractuel dans les archives islandaises, et j’ai réalisé une cartographie des réseaux sociaux ayant connecté l’Angleterre Victorienne et l’Islande. Il y avait presque une douzaine de personnes qui auraient pu faire le lien entre Bram et Valdimar. Sept différents éléments de trames tirés des premières notes de Bram se sont retrouvés dans Makt myrkranna, bien qu’elles n’aient pas intégré la version finale de Dracula. Par conséquent, j’ai suspecté que Stoker avait pu faire parvenir à Valdimar ces idées initiales, voire lui avoir envoyé un brouillon primitif de son roman — directement ou par l’intermédiaire de connaissances réciproques. Ça expliquerait les similarités. Ça aurait été une trop grosse coïncidence que Valdimar décide spontanément de déménager Carfax dans l’Est londonien, ou d’offrir au comte une servante sourde et muette, ou de laisser le vampire et Lucy avoir des rencontres curtoises après son retour à Londres — tous ces éléments étant mentionnés dans les brouillons initiaux de Stoker.

Sur son blog, Jason Colavita a écrit une analyse critique de cette théorie. Il pense que ces parallèles peuvent être expliqués par d’autres raisons.

Comme je l’ai dit à Jason, j’ai été très content de cet article, car il a pris le temps de vérifier mes sources, et est arrivé à des résultats surprenants, par exemple que les serviteurs sourds et muets n’étaient pas si rares que je le pensais dans l’Angleterre Victorienne. Mais qu’il y ait sept éléments parallèles entre les deux textes rend improbable que ces parallèles soient dus à la seule chance. Sur ce point, Wayne Miller est d’accord avec moi.

Et, en plus de cela, Valdimar n’était pas romancier. Après la sortie de mon livre, j’ai à nouveau discuté de cela avec Ásgeir Jónsson. Il a toujours cru qu’Ásmundsson  avait traduit un texte existant, et non été le créateur. Au printemps 2016, j’ai discuté du style de la préface islandaise avec le Professeur Jón Karl Helgason, le Professeur Gauti Kristmannsson et le Professeur Ástráður Eysteinsson, de l’Université d’Islande et de L’Université de Reykjavik, ainsi qu’avec trois professeurs chercheurs de l’Institut Arní Magnússon. Tous des experts de haut rang, qui étaient tous d’accord avec l’idée d’Ásgeir, avec des arguments linguistiques différents. Mais il s’agissait encore de questions d’interprétation, entre ce qui était considéré comme de l’islandais habituel et correct à l’époque de Valdimar, et ce qui ne l’était pas. Maintenant, nous avons la certitude qu’Ásgeir avait raison depuis le début — j’avais déjà mentionné ses premières analyses dans le numéro de Letter from castle Dracula daté du 03/02/2017. Ásgeir lui-même était très surpris, malgré tout, quand je lui ai expliqué, car la preuve venait d’un endroit inattendu.

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

De quel endroit ?

De suède. Certains érudits islandais, comme le Professeur Guðni Elísson de l’Université d’Islande, suspectaient déjà il y a 20 ans que Makt myrkranna avait des racines scandinaves. Mais rien n’a été publié sur le sujet, et aucune hypothétique source scandinave n’a été découverte. Mon collègue Berni de Pise est même allé jusqu’à Malmö et Stockholm pour chercher une version suédoise antérieure de Dracula, avant de publier son livre sur les premières traductions de Dracula.

REFERENCE : 
Berni, Simone. Dracula by Bram Stoker – The Mystery of the Early Editions. Translation by Stefano Bigliardi. Macerata: Bibliohaus, April 2016.

Mais il cherchait exclusivement des ouvrages reliés, comme il me l’a expliqué, pas des journaux ou des périodiques.  Et c’est de là qu’est venue la réponse.

Quelle réponse ?

Quand je suis revenu des Philippines le 2 mars dernier, j’avais reçu un email d’un auteur, éditeur et érudit littéraire suédois, Rickard Berghorn. Il vit à Bangkok. Rickard m’a expliqué que Makt myrkranna devait être basé sur Mörkrets makter, une traduction et sérialisation plus ancienne de Dracula. Elle est apparue dans les journaux Dagen et Aftonbladet, dès le 10 juin 1899. Bien sûr, j’étais sidéré ! Il semble que la même chose se soit produite en Suède et en Islande. Comme me l’a expliqué Rickard, les érudits suédois connaissaient déjà l’existence de Mörkrets makter, mais n’y avaient jamais prêté attention. Ils ne pouvaient pas imaginer à quel point ce texte pouvait être important pour les spécialistes de Dracula tout autour du monde — même si ce genre de traductions et de sérialisations sont devenues des sujets brûlants depuis que Davis Skal a découvert la première adaptation en feuilleton du roman, parue dans The Observer à partir du 16 juillet 1899.

REFERENCES
 : Browning, John E. (ed). Bram Stoker’s Forgotten Writings. New York: Palgrave, 2012.
De Roos, Hans Corneel. “Buda-Pesth seems a wonderful place” – How a Hungarian newspaperman produced Dracula’s very first translation and serialisation. Letter from Castle Dracula, June 2016.

Il aura fallu la publicité autour de mon Powers of Darkness pour que Rickard note que les titres des versions islandaises et suédoises étaient identiques : tous les deux se traduisent en Powers of Darkness. J’ai déjà fait mention de cela dans le Children of the Night Conference Bulletin. J’ai considéré que c’était mon devoir d’en informer les collègues qui avaient été partie prenante du 4e Congrès International sur Dracula, à Dublin, où j’ai donné ma première lecture de Makt myrkranna. Mais une journaliste islandaise, Anna Margrét Björnsson, qui m’avait déjà interviewé pour l’Icelandic Monitor, a découvert ce bulletin d’information et m’a demandé ce dont il s’agissait. De cette façon, la nouvelle s’est répandue en Islande. Une satisfaction tardive pour Guðni Elísson.

Tout comme Makt myrkranna, on se demande pourquoi cette version suédoise n’a reçu aucune attention internationale avant la publication de votre livre ?

Comme nous l’avons vu avec les efforts passés de Guðni et Simone, pour des érudits non suédois, Mörkrets makter est difficile à trouver si vous ne savez pas quoi chercher et où le chercher. Mörkrets makter est également le titre suédois d’une pièce controversée de Léon Tolstoi, datée de 1886. Et bien sûr, «Powers of Darkness» (en français : «Le pouvoir des ténèbres») est une expression habituelle dans beaucoup de discussions sur la lutte du bien contre le mal. Entre-temps, j’ai découvert qu’une entrée concernant l’adaptation en feuilleton dans le Dagen avait été ajoutée sur la version suédoise de Wikipédia le 22/03/2014, alors que je travaillais déjà à la traduction de la version islandaise. Cet ajout a été fait par Görgen Antonsson, un bibliothécaire qui travaille sur le catalogage de bibliothèques depuis 15 ans. De cette façon, il a croisé le titre — mais apparemment n’a pas réalisé la signification pour les fans de Stoker en dehors de la Suède; l’entrée n’a pas été adaptée sur les autres versions linguistiques de la Wikipedia. Pour ce qui est de la publication, Antonsson mentionne 1900 — ce qui n’est pas tout à fait vrai, étant donné que la première publication en feuilleton remonte à 1899. Quoi qu’il en soit, en me basant sur l’indice de Rickard, j’ai découvert plusieurs publicités dans Aftonbladet, Dagens Nyheter et d’autres journaux suédois, qui proposaient aux lecteurs une réimpression indépendante. Après une demande spéciale à la Bibliothèque Nationale Suédoise, j’ai reçu un scan de la première page de cette réimpression le 3 mars dernier. Le reste arrivera le 8 mars. Une très belle surprise m’attendait : la présence d’illustrations dans cette version ! J’ai commencé ma lecture, et le même jour j’envoyai mes premières notes à mon agent, à New-York. Dans mes conclusions, je lui écrivis que Rickard avait du se tromper en disant que Mörkrets makter était plus long que le Dracula de Stoker, et que le format journal se poursuivait sur l’ensemble du roman — comme il l’établissait dans son premier message et dans l’interview pour le Bulletin de la Conférence. Les jours suivants, j’ai continué de travailler sur ma comparaison entre les versions suédoises et islandaises, vérifié mon décompte de mots à nouveau, et demandé à Rickard si, peut-être, il travaillait à partir d’une autre version que celle que j’utilisais. De cette manière, nous avons découvert que la version journal qu’avait trouvée Rickard était bien plus longue, au total, que les 264 pages de la réimpression à partir de laquelle je travaillais, et qu’ils avaient en effet conservé le style épistolaire de Dracula. À partir de là, il devenait évident que Valdimar avait travaillé en partant de la réimpression, et pas des épisodes quotidiens retrouvés par Rickard. Pourquoi est-ce aussi évident ? On peut supposer que Valdimar voulait connaître la fin de l’histoire avant de la traduire en islandais. La version en feuilleton n’était pas terminée quand la première partie de Makt Mykranna démarra sa publication dans Fjallkonan, en janvier 1900; la réimpression complète était par contre sortie en septembre 1899. Pour Valdimar, c’était plus pratique, bien sûr, de travailler à partir d’une belle édition reliée, au lieu de se cantonner  à des épisodes journaliers, ou bihebdomadaires. Par ailleurs, il préférait sans doute une version plus courte, Fjallkonan paraissant seulement deux fois par semaine, et sur quatre pages seulement. Il a même abrégé un peu plus l’histoire, pour arriver autour de 55 000 mots. Les événements après le séjour de Harker en Transylvanie ont notamment été condensés, de 25000 mots à 10000 mots. C’est pourquoi la deuxième partie de Makt myrkranna semble juste esquissée. La trame est la même que dans la réimpression suédoise, et j’ai trouvé de très nombreuses traductions littérales du suédois à l’islandais, et le même découpage des chapitres dans la deuxième partie, au lieu des journaux et des lettres. Les descriptions suédoises sont quelque peu plus riches, et les transitions plus fluides. Mais comme dans Makt Myrkranna, le comte est détruit à Londres, une fois que l’équipe de Van Helsing comprend ce qui se trame à Carfax. Mina n’est jamais attaquée, et le comte ne retourne pas en Transylvanie.

Cela signifie que vous avez mis le doigt sur un autre scoop en localisant la matrice de Makt myrkranna ?

La preuve selon laquelle Makt mykranna est basé sur Mörkrets makter est venue de Rickard, clairement, donc les lauriers pour cette découverte lui reviennent. En ce qui me concerne, j’ai été assez chanceux pour mettre en premier la main sur la version correcte, c’est-à-dire la réimpression à partir de laquelle Valdimar a dû travailler. Nous ne savons même pas s’il a lu le feuilleton journalier. Cela signifie que ma première analyse, qui établissait comment Makt myrkranna avait été développé à partir du texte suédois, était la première étude sur le texte de la réimpression. J’espère que cela redore quelque peu mon blason d’enquêteur littéraire [rires].

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de vos découvertes ?

Pour moi, en tant que traducteur de la version islandaise du texte, Mörkrets makter contient des douzaines de révélations. Je vais juste donner trois exemples :

Quand Wilma visite le château du Dracula « islandais », elle est attaquée par une entité invisible. Je suspectais la fille blonde, qui errait à travers les couloirs déserts en tant que mystérieuse dame blanche. Le texte suédois, néanmoins, mentionne que l’agresseur a « des bras nus et velus », ce qui nous permet maintenant de savoir qu’il devait s’agir d’une des brutes simiesques.

La porte secrète utilisée par la vieille servante peut être ouverte en appuyant sur une tête de clou particulière. Le mot suédois « spik » correspond à l’anglais « spike ». Dans le texte islandais, Valdimar utilise le mot « typpi », qui en islandais moderne signifie pénis. Un peu plus loin, il utilise le mot « hnappur », qui veut dire bouton. Je m’étais longtemps demandé pourquoi Harker avait autant de difficultés à trouver un bouton de ce type sur le sol nu.

Dans la version islandaise du journal de Thomas Harker, au 21 mai, Harker se prépare à prendre l’escalier secret et allume sa « járnbrautar ljósberanum », littéralement « lanterne de chemin de fer ».  Pas même les enseignants-chercheurs de l’Institut Árni Magnússon
pour la Langue Islandaise ne connaissaient ce terme, étant donné qu’en 1900, l’Islande n’avait pas de réseaux de chemins de fer publics, et n’en a toujours pas aujourd’hui. Mais en Suède, le Västra Stambanan avait été terminé dès 1862, donc les auteurs suédois étaient familiers avec les trains et leurs lanternes; dans l’édition suédoise, Harker mentionne sa « lilla jernvägslykta », ce qui signifie littéralement sa « petite lanterne de chemin de fer » Ásmundsson a donc créé un nouveau mot islandais qui n’a jamais été réutilisé depuis !

Pour des lecteurs normaux, tout ça est sans doute bien moins excitant que pour moi. Mais pour eux, la version suédoise possède également son lot de surprises, comme les adeptes chanteurs du comte, les scènes d’expériences délirantes du Dr Seward durant la soirée à Carfax, ou le rôle plus développé de Mary Holmwood. La version suédoise offre également plus de détail sur les noms : « Atkinsson » est ainsi le nom de la famille anglaise de Budapest, le détective supérieur est appelé « Capitaine Barrington Jones », les péripéties londoniennes se déroulent à Victoria Street et Park Street, etc. La conspiration du comte est reliée à « Jokulas Adonais », ce qui l’associe avec la religion juive.

Dans quelle mesure Makt Myrkranna reste-t-il unique ?

Je n’ai pas encore pu tout passer en revue, mais comme je le suspectais déjà, Valdimar a dû ajouter les références aux anciennes sagas nordiques, qui rendent Makt myrkranna si intrigant pour les amateurs de cette culture. Dans la version suédoise, le jeune amant de la comtesse se jette « simplement » dans les abysses. Dans Makt myrkranna, il saute du « promontoire familial » — une référence à la saga de Gautrek; la famille décrite dans ce récit étant simple d’esprit.

Par ailleurs, dans l’entrée du journal de Harker datée du 25 juin, la version suédoise fait référence au poète Tannhäuser et à son séjour au Mont de Vénus, la version islandaise quant à elle fait allusion à une saga similaire, celle de Hildur, la reine des elfes. Vadimar a également ajouté des livres sur l’alchimie, l’astrologie et la magie du Moyen-Âge à la bibliothèque du comte, donnant à sa version du château un aspect proche de Poudlard.

Est-ce qu’une traduction du texte suédois résoudrait tous les mystères qui entourent les versions scandinaves de Dracula ?

Je crains que ce ne soit pas le cas. La plupart des questions que j’ai formulées pour Makt myrkranna vont désormais se déporter sur les versions suédoises. Comment Dracula est-il arrivé en Suède ? S’agissait-il d’une version pirate, ou Stoker y a-t-il contribué (ou tout du moins a-t-il autorisé ces versions) . Y a-t-il eu des connexions personnelles entre Stoker et les éditeurs de presse suédois ? Comment des éléments ébauchés par Stoker dans ses notes ont-ils fini dans Mörkrets makter ? D’où vient la sous-intrigue mettant en scène la fougueuse comtesse et son mari jaloux ? Comment l’éditeur suédois a-t-il eu connaissance du Tueur aux torses de la Tamise ? Ou des inspirations réelles pour le personnage de Van Helsing ? Les citations d’Hamlet viennent-elles de Stoker lui-même ? Pourquoi la préface mentionne-t-elle le Dr Seward comme un bon ami de l’auteur, alors qu’il meurt dans le récit ? Mais ce sont des questions auxquelles mes collègues suédois vont devoir répondre maintenant. Ils se sont endormis sur ce texte depuis 118 ans, c’est désormais grand temps qu’ils ajoutent leur propre pièce au puzzle Dracula.

En ce qui vous concerne, vous n’avez plus de projets de recherche sur Dracula ?

La magazine Gingernuts of Horror m’a déjà surnommé « probablement le plus grand expert de la création de Stoker » — donc il est temps que je me retire [rires !] J’ai reçu le message de Rickard alors que je me préparais à déménager aux Philippines. Je construis là-bas une petite école d’art et de photographie, pour aider à l’éducation des jeunes et former des stagiaires venus d’Asie. La connexion avec la Suède a accaparé mon attention ces trois dernières semaines, mon emploi du temps en a été dévasté. Je me sens responsable du projet Makt myrkranna, bien sûr, et de la qualité des recherches menés autour. Mais je vais surtout me concentrer à soutenir des étudiants et une nouvelle génération de chercheurs. Sur la route pour Munich, j’ai reçu pour relecture un essai  écrit par le professeur Prodosh Bhattacharya de l’université de Jadavpur et un de ses étudiants, concernant deux adaptations anciennes de Dracula, créées au Bengale. Il y a beaucoup de nouvelles recherches en cours, et ensemble avec Magdalena Grabias de Lublin, Marcia Heloisa Amarante de Rio de Janeiro et Florin Nechita de Roumanie, nous essayons de les soutenir avec notre nouveau cycle de conférences sur Dracula.

Merci beaucoup pour ces réponses, Hans !

Corneel de Roos, Hans. Interview avec le (re-)découvreur de Powers of Darkness

Notes:

  1. NdT : il s’agit de la première traduction française, traduite par Eve et Lucie Paul-Margueritte. La faute a été corrigée dès la traduction suivante, celle de Lucienne Molitor, en 1963
  2. NdT : En France, le roman en question a été totalement oublié, et jamais réédité, si ce n’est en bonus de l’essai que Mattei Cazacu a consacré il y a quelques années à Dracula

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *