Weitz, Paul. L’Assistant du vampire. 2009

Darren et Steve sont les meilleurs amis du monde. Ces deux adolescents de 14 ans sont comme le jour et la nuit : Darren vit dans une famille modèle, est bon à l’école, tandis que Steve est de la graine de voyou, délaissé par ses parents… Un beau jour le second propose au premier d’aller assister à la représentation d’une galerie de Freaks. Cela se passe dans un théâtre miteux au coeur du quartier interlope de leur ville. Les deux garçons sont émerveillés par l’homme-boa, la femme à barbe, l’homme-loup… Steve croit même reconnaître en Larten Crepsley, dompteur d’une tarentule, un vampire célèbre. Mais une descente des autorités de la ville, avec à leur tête l’instituteur des deux garçons, met fin au spectacle. Darren réussit à se cacher dans la loge de Crepsley, et à lui dérober Mme Octa, sa tarentule rouge et bleue. Le lendemain celle-ci sème la panique dans le collège, et plante son dard dans la joue de Steve, le blessant mortellement. Pour sauver son ami dans le coma, Darren retourne voir Crepsley, qui en échange lui demande de devenir son assistant, et accessoirement un semi-vampire…

Le Cirque du Freak est l’œuvre à succès de Darren O’Shaughnessy, alias Darren Shan, jeune auteur britannique qui écrivit ce premier roman plus pour s’amuser qu’autre chose. 12 livres plus tard, sa légende est bien vivace, et le place aux côtés de JK Rowling (auteure des Harry Potter) et Stephenie Meyer (qui a commis Twilight). Il n’est donc pas surprenant de voir débouler cet adolescent hyper-populaire sur les écrans, dans un sillon qui marche du feu de dieu… Optionnée depuis belle lurette par Universal et Lauren Shuler Donner (productrice des X-Men mais aussi des crétineries les plus récentes de son mari Richard Donner), la franchise mit pourtant du temps à voir le jour. C’est à Brian Helgeland (LA Confidential, Mystic River, Créance de sang… y’a bon) qu’est confié le soin d’adapter les trois premiers romans en un long-métrage. Mais son script étant jugé trop noir, Paul Weitz (American Pie, Pour un garçon… y’a moins bon) prend le relais afin d’en réaliser une version plus édulcorée.

Je ne connais pas du tout l’univers de Darren Shan, mais quelques informations glanées ici et là m’ont permis d’y voir un peu plus clair. Il y a donc 12 romans (en réédition et nouvelle traduction chez Hachette Jeunesse) dans cet univers, une série de mangas équivalente en termes de tomes (dont le premier est déjà sorti, les suivants vont venir à un joli rythme d’un par mois) ; et donc maintenant un film qui sera sans doute suivi de 3 ou 4 autres si la franchise est rentable. Pour cela les producteurs surfent, comme je l’ai déjà dit, sur la vague du succès en se rapprochant des deux franchises qui cartonnent. Regardez l’affiche du film, ça ne vous fait pas penser au « look » de certains Harry Potter ? Les points communs avec Twilight sont légions : des vampires bien sûr, une histoire d’amour impossible entre créatures dissemblables, même le look du héros finit par être plaqué sur celui du héros des films adaptés de l’œuvre de Stephenie Meyer… La coupe sage de Darren devient presque de la gomina en arrière façon Draco Malefoy à la fin du film… Le choix de Paul Weitz n’est pas anodin : il s’agit d’un réalisateur/scénariste de peu d’envergure, méconnaissant le genre, interchangeable à volonté et prêt à se plier aux desiderata des studios… L’intention est claire : réaliser un film visible par tous, politiquement correct, avec des effets spéciaux bon marché…

Tiens parlons-en des effets, ils sont assez basiques, les scènes de combats hyper-rapides des vampires se résument à des traînées de feux multicolores dans des boules floues (on se croirait dans un Tex Avery), tandis que les maquillages sont des plus discrets. Le casting est lui aussi taillé pour plaire à tous les publics : des jeunes, des vieux, de la Mexicaine (la toujours jolie Salma Hayek, malgré la barbe qui orne son menton), de l’asiatique (Ken Watanabe, absolument ridicule monté sur ses échasses –mais je vais y revenir) et du Black rigolo, avec Orlando Jones en bonhomme-plus-maigre-que-lui-tu-es-une-allumette. Je ne sais pas si ces personnages sont tels quels dans les bouquins, mais je trouve qu’ils manquent d’un peu d’imagination… Et les acteurs ne sont pas forcément mis en valeur par la façon dont ils sont filmés. Prenons par exemple le joli minois de Jane Krakowski, qui m’avait fait craquer en secrétaire nymphomane dans Ally Mc Beal et qui là passe quasiment inaperçue (d’accord elle n’a que deux petites scènes, mais bon…).

Revenons deux secondes sur Ken Watanabe, considéré comme un demi-dieu au Japon (enfin, c’est ce qu’il y a marqué dans le dossier de presse) ; son maquillage est abominable, comme je l’ai dit, il est censé faire 3 mètres de haut, mais pour ne pas recourir à des trucages numériques, on ne le voit jamais de pied à proximité d’un acteur de taille normale, mis à part aux deux tiers du film où on le voit boitiller sur ses échasses ; effectivement, il eût mieux valu le planquer pendant tout le film. Et puis son interprétation me semble inutilement théâtrale, empesée, alors que son personnage est assez direct dans ses interventions en tant que patron du cirque où échoue Darren. En tête d’affiche se trouve John C. Reilly, probablement l’un des acteurs les plus doués et les plus discrets du cinéma américain, capable de jouer absolument tout, de l’acteur porno au mari trompé, du pompier, flic, gangster… Ici il campe le vampire qui prend sous son aile (de chauve-souris ah ah je m’étonne toujours avec mes jeux de mots que je ne vois même pas venir) Darren et va l’aider à maîtriser les pouvoirs qu’il sent monter en lui.

Un peu emprunté d’ailleurs le Darren, dès qu’il s’agit de se bouger les miches pour sauver sa copine ou botter le derrière des méchants vampires, les Vampiryks… Il faut dire que quand il essaie d’utiliser la supra-vitesse (le « vziit »), il se paye un panneau « stop », ce qui ne fait probablement rire que le réalisateur. Les scènes d’action, présentes dans une assez bonne proportion, sont réalisées de façon très plate, sans aucun savoir-faire. Ah si, il y a juste une sorte d’ »atterrissage » de Darren et son mentor qui sont bien cadrés… Laquelle est bientôt suivie par un affrontement à la mode western, d’un ridicule achevé. Il faut s’appeler John Carpenter pour réussir une audace pareille… Autre scène ratée, la représentation des « freaks » au début du film. C’est d’un niais que ne renierait pas Steven Spielberg… à 8 ans. La mise en scène s’améliore quelque peu par la suite, mais sans atteindre des sommets non plus. On se croirait dans un aimable téléfilm du dimanche après-midi sur M6… L’une des attractions de l’histoire originale, me semble-t-il, est une tarentule qui se balade avec Crepsley et qui fait preuve d’une certaine intelligence, voire d’une véritable tendresse pour Darren, qui le lui rend bien. Seul hic, elle est bleue et rouge fluo… Les scènes la montrant sont d’ailleurs assez bien faites, mais de loin, par terre, parce que dès qu’on la voit de près on pense au Chat Potté dans Shrek 2… Moi qui suis arachnophobe, je n’ai ressenti aucun frisson à la vue de cette chose… Peut-être que ça passe bien dans un roman pour adolescents, mais pas en film…

Côté casting, ça ne se passe pas trop mal avec les acteurs principaux. John C
. Reilly
assure sans cabotiner, ce qui n’était pas évident avec un personnage pareil ; Salma Hayek, malgré son petit rôle, n’en fait pas des masses du côté sensuel, jouant plutôt la carte de l’exotisme dans les paroles et de sourire naturel. Les deux adolescents qui tiennent le haut du pavé sont quant à eux assez convaincants, Chris Massoglia (Darren) montant en puissance au cours du métrage face à Josh Hutcherson (Steve), plus expérimenté (il a notamment joué dans le très surfait Voyage au centre de la Terre avec Brendan Fraser, mais aussi Zathura, Le Secret de Terabithia…) qui prend visiblement du plaisir à devenir une sorte de double maléfique de son ex-meilleur ami. A noter aussi la présence de Willem Dafoe et de la jeune Jessica Carlson, dont on reparlera si les petits cochons ne la mangent pas…

Les vampires du film ont une force surhumaine, sont capables de se déplacer à très grande vitesse, laquelle les oblige cependant à faire de courtes pauses de loin en loin, et dorment dans des cercueils le jour. Aucun des vampires du film n’a de canines protubérantes, ils se servent plutôt des ongles effilés de leurs doigts pour ouvrir une veine chez leurs victimes. Les vampires chez Darren Shan se répartissent entre deux clans ; celui, initié par Crepsley, qui a découvert qu’il n’était pas besoin de tuer les réserves de nourriture que sont les humains pour se rassasier : une gorgée de leur sang suffit. Pour les endormir, ils émettent un gaz soporifique via leur cavité buccale. L’autre clan, appelé vampiryks, mené par Murlaugh avec l’éminence grise Mr Tiny, est prêt à faire des ravages. Les deux factions ont signé une trêve depuis une centaine d’années, mais la mort de l’un d’entre eux signifierait la reprise des hostilités.

Pour les tuer il « suffit » de leur planter une lame dans le coeur… Crepsley, très prudent, se balade avec un gilet rembourré quand il sait qu’il va y avoir un combat à mort. c’est pour ça qu’il a 220 ans… Mr Tiny exerce un drôle de pouvoir sur les cadavres de vampires, une particularité qui, j’en suis sûr, sera développée par la suite. On peut remarquer une certaine similitude entre l’amitié qui déraille entre Darren Shan et Steve et la scission X-Men/Mauvais mutants, même si ici les belligérants ont tous à peu près les mêmes pouvoirs. Darren est un semi-vampire qui peut se déplacer le jour. Ses autres pouvoirs, du moins ceux décrits dans ce premier film, ne sont pas différents de ceux des vampires qui l’entourent et le combattent. Pour devenir un vampire ou un semi-vampire, un humain doit mourir, de préférence violemment (Crepsley va par exemple briser la nuque de Darren après lui avoir donné une potion qui lui a engourdi les membres), après avoir échangé son sang avec celui d’un vampire. Le fait de boire le sang d’un humain ne transforme pas celui-ci en vampire.

A noter pour les aficionados, les geeks et les vampirophiles, un morceau très particulier au cours d’une scène d’exhumation : Red right hand, par Nick Cave and the Bad Seeds, malheureusement tronquée pour laisser la place à un score hystérique pour « coller » à une scène de bagarre entre vampires (toujours en train de se chamailler ceux-là). La musique, parlons-en : inutile, trop bruyante pendant les moments de calme, trop symphonique dans les scènes d’action. Je ne suis pas sûr que les intentions de la production étaient de produire des décalages comiques, mais si c’est le cas, c’est réussi et place le métrage dans une veine définitivement cucul.

On le voit, le mythe vampirique, s’il n’est pas renouvelé ou révolutionné par cet univers, n’y trouve pas moins des interprétations assez intéressantes et cohérentes ; c’est d’ailleurs presque le seul point positif de cette adaptation, sa relative fidélité thématique à l’œuvre originale. Votre serviteur n’a pas été enthousiasmé par cette adaptation d’un énième succès littéraire pour adolescents, que j’ai trouvée trop lisse, trop maladroite, trop frileuse, malgré les efforts louables des différentes générations d’acteurs. Et puis quand même, faire un film vampirique sans une seule goutte de sang, c’est une performance !

Weitz, Paul. L'Assistant du vampire. 2009
Weitz, Paul. L'Assistant du vampire. 2009
Weitz, Paul. L'Assistant du vampire. 2009

Une réponse à Weitz, Paul. L’Assistant du vampire. 2009

  1. Meygane dit :

    Je ne suis pas tout a fait d’acord. Je ne suis pas forcément optimiste mais il y a des limites ce n’est pas aussi mauvais que vous le décrivez. Car c’est ce film qui m’a encouragée a lire le livre (qui ne me parait pas mauvais, bien que je ne l’ai pas encore commencé)
    Sachez que les vampires c’est ma passion et croyez moi j’en connait un rayon, et dire que ce film est nul c’est un peut abuser.
    Je l’ai trouvé très bien.
    Si j’avais du écrire un livre sur les vampires je n’aurais jamais pensé dire qu’ils se servaient de leurs ongle comme de lames ! J’ai trouvé cela très original.
    Toutefois vous n’avez pas tort sur d’autres choses comme la coupe de Darren, ou encore sur les effets spéciaux.
    J’ai tout de même trouvé ce film amusant dans certaines scènes (en sachant que j’ai 14 ans ) comme quand Darren sort du cercueil et que Crepsley lui demande de reboucher le trou et que Darren se prend un coup de pelle ! Ou bien quand Darren essaie de courir vite et qu’il se prend le panneau stop !!
    Voila j’ai fait passer mon message je n’ai plus rien a dire et merci a ceux qui vont lire se message
    d’avance.
    J’espère que vous posterez comme moi des réponses pour ce site à bientôt !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *