Hardwicke, Catherine . Twilight, Chapitre 1 : fascination. 2008

Lorsqu’Isabella Swan, dix sept ans, décide de s’installer avec son père dans la petite ville pluvieuse de Forks, elle est bien loin de se douter combien sa vie va prendre un tournent décisif. A peine arrivée au lycée, elle fait la rencontre de l’étrange Edward Cullen et de ses frères et sœurs. Le jeune homme taciturne ne semble pas prêter le moindre intérêt à la nouvelle arrivante mais va pourtant sauver cette dernière d’un accident de voiture. Dés lors, Bella va n’avoir de cesse de s’éprendre de son sauveur jusqu’à découvrir sa nature véritable : les membres de la famille Cullen sont des vampires s’efforçant de renier leur besoin de sang humain. La fille du Shérif Swan n’a de toute évidence aucunement sa place aux côtés de ses créatures immortelles et l’amour réciproque qui va naître entre Edward et Bella ne va pas manquer d’entrainer de nombreux problèmes.

Adaptation cinématographique très attendue du roman éponyme de Stephenie Meyer, Twilight fait parti de ces productions ne laissant assurément pas indifférent. A l’image du support littéraire, le long métrage de Catherine Hardwicke s’appréhende facilement, que l’on connaisse ou non l’ouvrage dont il s’inspire. Les nombreux amateurs appréciant l’univers pourtant décrié du livre ne pourront ainsi qu’être charmé dés les premières images du film. L’action n’y est pas trépidante mais les scènes se succèdent plaisamment ; le point d’orgue restant la fameuse partie de base-ball des Cullen fort bien rendue.

Car il est évident que Twilight a fait l’objet d’un respect indéniable dans son traitement, tant au niveau de l’atmosphère que des dialogues et surtout dans le choix de son casting. Il fallait un acteur apte à faire fondre le cœur des midinettes et Robert Pattinson s’acquitte fort bien de la tâche qui lui est échue. Les autres protagonistes ne sont quand à eux pas en reste et l’esprit de l’œuvre se trouve retranscrit avec une fidélité de tous les instants. On se surprend ainsi à voir s’incarner sur écran les personnages que l’on a aimé suivre dans le roman. La déception vient en fait surtout du doublage, qui bien que correct, ne rend pas hommage à la version originale.

Les effets spéciaux, discrets mais bien présents, retranscrivent à la perfection les pouvoirs des vampires ; on peut à la rigueur relever comme seul léger bémol le maquillage de certains des interprètes quelque peu exagéré mais rien de grave. Le décor forestier de Forks apporte une touche bienvenue d’originalité par rapport à certaines œuvres du même type. Un mot également sur la BO du film, juste et sans faute, jouant sur des registres tantôt pop-rock (Muse, Likin Park, Paramore…), tantôt lancinants souvent très réussis.

Les vampires dans le film peuvent sembler trahir une partie des codes immuables du genre ; la plus notable étant leur aptitude à briller lorsqu’ils sont exposés aux rayons du soleil. Mais à bien y réfléchir, cette particularité n’est finalement pas si déplacée que cela dans une histoire se voulant débordante de bons sentiments. Et puis, n’est-ce- pas après-tout pour cela que le mythe vampirique perdure depuis maintenant de si nombreuses décennies et avec autant de vivacité dans l’imaginaire populaire, s’adaptant adroitement aux époques qu’il traverse sans jamais se figer dans une interprétation définitive ?

Comme dit plus haut, les qualités flagrantes concernant la fidélité au roman peuvent néanmoins se révéler autant de défauts pour le spectateur n’appréciant pas à la base l’œuvre de Stephenie Meyer, avec le rythme quelque peu lent qui est imposé et la naïveté parfois appuyée du récit. Le spectateur à la recherche d’une histoire sombre ou empreinte d’un réalisme certain sera forcément déçu. N’en demeure pas moins que le fan ne peut que se délecter de ce film techniquement irréprochable tant ce dernier fourmille de détails familier. L’amateur de cinéma fantastique y trouvera aussi certainement son compte pour peu qu’il ne soit pas trop attaché à l’image traditionnel du vampire. J’avoue pour ma part être enthousiasmé par cette vision du mythe, avec son lot de superpouvoirs et son approche original à certains niveaux. Twilight est un film, certes léger, mais qui n’enlève rien à la figure vampirique : il ne fait qu’apporter une pierre supplémentaire à sa légende déjà conséquente.

Hardwicke, Catherine . Twilight, Chapitre 1 : fascination. 2008
Hardwicke, Catherine . Twilight, Chapitre 1 : fascination. 2008
Hardwicke, Catherine . Twilight, Chapitre 1 : fascination. 2008

Bande annonce de Twilight : Fascination

8 réponses à Hardwicke, Catherine . Twilight, Chapitre 1 : fascination. 2008

  1. Sog dit :

    Hello,

    J’ai été voir Twilight (fascination) au cinéma en tant qu’amateur pur. Je n’avais pas encore lu les livres de Stephenie Meyer. Mon but était de renouer avec les vampire. J’avais été un pationné des hellsing (le manga) et depuis je n’avais pas vraiment poursuivit ma plongée vers le monde obscure du vampire.

    J’y suis allé avec ma femme et j’ai trouvé qu’il avait son charme. Je me suis laissé bercé par le coté "histoire d’amour". Mais ce qui m’a le plus séduit c’est le coté "gentil vampire".

    Après mon passage devant le grand écran, je me suis rendu en librairie pour lire les livres. J’ai très vite croché et je les ai dévoré en un rien de temps.

    Les points positif: Histoire d’amour bien faite, vampire végétarien (j’adore le concept),…

    les point négatif: Il manque du sang !!! Ou sont les morsure ?,…

    Donc je conseil le film et les livres a tous les amateur de vampires qui ont un peu trop peur pour les film qui font peur.
    Je déconseille ce film pour tous ceux qui aime le sang en hectolitre et les bon vieux vampire psychopathe.

    Amicalement

    Sog

    P.s. C’est mon tout premier commentaire 🙂

  2. Magali dit :

    Salut

    J’ai commencé par dévorer les livres en premier donc je suis forcément un peu déçu par le film.
    Je trouve qu’il manque quelques scènes comme le test du groupe sanguin ou que la scène dans la prairie n’est pas été rendu "un peu plus sensuelle". (désolé pour les âmes puritaines)
    Sinon le décors est splendide je n’avais pas mieux imaginé les lieux et les acteurs sont très bien.
    J’espère que le deuxième volets restera dans le même esprits sans devenir une super production avec trop de stars qui désirent faire parler d’elles plutôt que du film

    Mag

  3. Vladkergan dit :

    Après des mois à repousser cette échéance, je viens enfin de regarder la totalité de ce premier film, adapté de la série maintenant culte de Stephenie Meyer. Je dois dire que c’est complètement à la hauteur de mes espérances (comprendre ça ne vaut pas tripette).

    J’ai certes trouvé la scène de la partie de base-ball rigolote, mais le reste du film est truffé de longueurs, les dialogues sont affligeants, la teinte un peu onirique dans lequel baigne le film devient très vite insipide et les acteurs ne sont pas à franchement parler très convaincants (la relation père-fille n’est absolument pas crédible).

    Autant je n’aime pas les romans de Meyer, mais reconnaît qu’ils peuvent être un intéressant produit d’appel vers la littérature de genre, autant le film est complètement inutile et noyé sous les défauts. A oublier.

  4. Charly dit :

    Je suis d’accord avec Magali pour les scènes qu’ils ont coupé…
    Mais il faut aussi souligner que la scène de l’attaque de James dans le studio de danse est un peu fade dans le livre et plus pimentée dans le film.

    Il y aura toujours des pour et des contre, bien au contraire !

  5. Lucy Westenra dit :

    Après une année à repousser cette échéance, je viens de voir enfin Twilight. 😉
    Comme je l’avais pressenti, nous sommes bien en présence d’un énième film pour ado à la sauce vampirique cette fois. Enfin fini le harrypottisme! (ouf).
    Cela dit, je pense que si j’avais eu 13 ans, j’aurais adoré! Mais bon, à mon âge fort avancé, l’intrigue qu’on voit venir, les effets spéciaux pas super raccords, les sentiments retenus qui du coup tirent sur la longueur et la présentation du copain/copine aux parents respectifs m’ont quelque peu ennuyé. C’est bien d’être ado quand même. 🙂
    Par contre, j’ai trouvé rigolo le concept de vampire végétarien (quoi que bien loin du végétarisme humain, et encore plus loin de la façon de penser des vampires de True Blood qui seraient carrément vegan, ne buvant que du sang synthétique…) et j’ai bien apprécié l’atmosphère humide et "verte" du film, on se serait presque senti en Limousin, finalement, c’est un film écolo quelque part! :p
    Le personnage d’Edward n’est pas sans rappeler notre cher Louis d’ "Entretien avec un vampire" et les acteurs ont un indéniable charisme, je pense d’ailleurs que l’engouement autour de ce film vient en grande partie d’eux.
    Par contre, je n’ai pas lu le livre et j’avoue ne pas vraiment être tentée. Aurais-je tort?

  6. Anthoblack dit :

    Une amie m’a donné l’envie de voir le film, sorti en Belgique qq semaines avant la France (dû aux problèmes de doublages, je pense). D’ailleurs, je déteste souvent les doublages… Rien ne vaut une VOSTFR… mais bref.

    Le film m’a plu… parce que je l’avoue, j’aime les film mielleux (mièvres ?) dans ce genre. Les relations amoureuses mêlées de fantastiques m’ont donné envie de dévorer les livres… 2 semaines m’ont suffit pour les 4 tomes. Sans dire que le film est de qualité (ni le livre d’ailleurs), je suis (paradoxalement ?) à fond dedans… Que je suis fleur bleue ! 😛

    Après avoir vu "Morse", il est clair que le style est bien différent (mais comment puis-je aimer les deux ? :P). J’aime la qualité (Morse) et j’aime aussi parfois la facilité (Twilight) qui m’emporte malgré tout dans cet univers amoureux. (Faut dire, ma copine venait de rompre…).

    Le livre en vaut-il la peine ? Et bien il est clairement meilleur que le film… mais pour ma part, je l’aurais jamais lu si j’avais pas vu le film… Comme quoi… Donc quelque part, j’admet que Vladkergan a raison… Et pourtant je me suis accroché et je m’accroche…
    Finalement, accepter qu’un film n’est pas de haute qualité alors qu’il fait partie de mon top 10 me donne un certain mérite…

    Et la comparaison à la sortie de Morse entre celui-ci et Twilight me semble alors inadaptée… Le public n’est pas le même et Morse a le mérite de la poésie.
    Avec Twilight, il ne faut pas chercher trop loin… et simplement se laisser emporter par l’histoire. Et là on aperçoit que le film (et surtout le livre) en vaut la peine.

  7. Izy dit :

    J’ai 14 ans et je suis d’accord avec Magalie, il manque beaucoup de scène intéressantes. J’aurais aimer que Edward et Bella soient plus proche. Et pour les gens qui pourraient, après avoir vu le film, ne pas vouloir lire le livre, je peux vous dire que le livre est très bien. Mais bon je suis une ado et je ne peux pas juger comme une adulte 🙂

  8. Laz dit :

    C’est ma première fois sur le site allors veuillez excusez certaines maladresses.

    J’ai 35 ans et je fais partie des fans de S. Meyer et j’ai vraiement été convaincue par la prestation cinématographique. De par mon âge, il manque en effet le côté sensuel du vampire. Mais bon, s’il vous plaît, Robert Pattinson respire l’homme sexy non? J’ai trouvé que le concept du vampire torturé était franchement génial et l’acteur a bien respecté cette image voire plus.

    Mon seul bémol concerne les effets spéciaux, notamment les scènes pendant lesquelles les vampires courent. Je trouve cela "faux" et c’est bien dommage. Puis, la réalisatrice aurait dû aller plus loin dans les scènes sensuelles évidemment, c’est vraiment primordial dans la description du vampire car cela fait partie de ses pouvoirs.

    Dans tous les cas, j’irai voir la suite car si le livre m’a un peu ennuyé, je pense que le film demeure prometteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *