Crudo, Richard. Against the dark. 2009

Une épidémie virale a transformé une partie de la population en monstres buveurs de sang, qui ne se déplacent que la nuit et répandent leur mal en contaminant à leur tour leurs victimes. Dans un hôpital situé dans une zone très infectée par les « vampires » que sont devenus les infectés, deux groupes de survivants s’unissent afin d’atteindre un véhicule, abandonné dans les profondeurs du bâtiment. Pendant ce temps, l’armée dépêche sur les lieux une escouade de mercenaires commandés par le maître d’armes Tao, afin d’exterminer les mutants qui sévissent…

L’un des pires direct to dvd qu’il m’ait été donné de voir sur le sujet. Porté par la présence de l’inexpressif Steven Seagal, le film ne brille ni par le jeu de ses acteurs, ni par un scénario ultra-basique digne d’un FPS de bas étage. C’est simple, on est dans le survival pur et dur, où chaque scène donne l’occasion de voir pleuvoir des déluges de viscère et des hectolitres de sang. Un poil de (mauvais) Blade pour le look et les katas des chasseurs, un poil de « Je suis une légende » pour le côté épidémie qui change la face de l’humanité, ce film n’apporte absolument rien de neuf, et pousse même certains aspects du genre au-delà de la caricature.

Les vampires de ce film sont donc le résultat d’une épidémie, qui a fait d’eux des buveurs de sang et des mangeurs de chair qui ne peuvent se déplacer que la nuit tombée. Ils transmettent leur virus en mordant leurs victimes, leur transmettant ainsi le sang vicié qui coule dans leurs veines. Peu à peu, on découvre également qu’ils ont évolué au fur et à mesure des mois, devenant une créature hybride, bête cannibale doué de la parole et de raison. Ils peuvent être tués comme des êtres humains normaux, seules leurs mâchoires bardées de dents acérées et leur faciès cadavérique les distinguant du commun des mortels.

Au final, on est ici en présence d’un film de très mauvaise qualité, aussi mal joué que mal réalisé, donnant une fois de plus le beau rôle à un Steven Seagal aussi inexpressif qu’à l’accoutumée. Désespérant…

Crudo, Richard. Against the dark. 2009
Crudo, Richard. Against the dark. 2009
Crudo, Richard. Against the dark. 2009


Une réponse à Crudo, Richard. Against the dark. 2009

  1. MaëL dit :

    Un film de zombie plutot, scénario tiré par les cheveux entre je suis une légende et 28 jours plus tard.

    Steven Seagal, un cliché, un élément inutile dans ce film. Aucun jeu d’acteur.

    Les chasseurs et le côté de trop, je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *