Bava, Mario. Le masque du démon. 1961

Dans la Moldavie du XVIIe siècle, la princesse Asa Vajda, soupçonnée de sorcellerie, est condamnée par l’Inquisition et meurt en maudissant sa propre famille, responsable de son sort. Au XIXe siècle, les docteurs Kruvajan et Gorobec, en route pour un congrès médical, découvrent en chemin le cercueil d’Asa et la réveillent par inadvertance. Celle-ci entreprend alors méthodiquement de se venger…

Grand classique du cinéma fantastique italien, ce film de Mario Bava mêle allègrement vampirisme et sorcellerie. Deux siècles après avoir été brûlé vive, la princesse Asa revient d’entre les morts pour se venger de ceux qui l’ont jadis condamné au bûcher. Et ce sont ses descendants qui vont faire les premiers les frais de cette vengeance. Le film est surtout notable pour une très belle photographie et une utilisation très habile de la lumière. La plupart des scènes sont ainsi très esthétiques, à l’image des décors où se passent le film. Néanmoins, si visuellement et narrativement le film est intéressant, l’ensemble n’en souffre pas moins de son âge.

Si Barbara Steele s’en sort plutôt bien dans son double rôle, les autres acteurs sont en majorité très peu crédibles, leurs expressions étant souvent en complet décalage avec ce qu’on pourrait attendre d’eux. Il faut également noter qu’en dépit du manque de moyen, Bava réalise un film avec de sympathiques effets spéciaux, non dénués de quelques scènes qui préfigurent le cinéma gore

L’aspect vampirique du film est assez intéressant, car à aucun moment on ne cite explicitement le mot vampire (hormis sur la jaquette du DVD). La princesse Asa et son amant sont ainsi des sorciers revenus à la vie sous forme de morts-vivants noctambules, avides de sang et craignant les symboles religieux. La seule manière de les tuer reprend également un grand classique du mythe (le pieu), mais modifie la manière de l’utiliser (il faut dans leur cas l’enfoncer dans l’œil gauche du vampire).

Un film vampirique original, en cela qu’il offre des variations originales par rapport au mythe classique, et lie sorcellerie et vampirisme. Néanmoins, malgré son statut indéniable de film culte, l’ensemble accuse aujourd’hui son grand âge (davantage que certains films bien antérieurs).

Bava, Mario. Le masque du démon. 1961Bava, Mario. Le masque du démon. 1961Bava, Mario. Le masque du démon. 1961

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *