Voyage sur les terres du comte – 27/08/2005 : Poïenari

Après avoir passé la nuit à écouter la douce… mélopée… des chiens du voisinage, nous nous levons vers les 8h30 pour vérifier si, par chance, notre contact à Curtea de Arges ne serait pas rentré chez lui. Après une petite marche à travers la banlieue de Curtea, nous retrouvons le bâtiment où vit l’oncle de Fanette. Nous sonnons à la porte. Personne ne répond. Nous ferons donc sans lui. Notre prochain objectif est de trouver un bus pour Poïenari, le château étant situé à 27km de Curtea de Arges.

Après quelques soucis d’orientation, nous parvenons enfin à l' »autogara » locale, et montons directement dans un minibus qui arbore la direction Poïenari. Une bonne demi-heure de route plus loin, le chauffeur nous indique la forteresse depuis la fenêtre de son bus, puis le chemin pour y monter. Aller, un peu de courage, il nous reste pas moins de 1364 marches à gravir. Durant la montée, des gens qui nous croisent nous souhaites bien du courage, surpris de voir deux dingues gravir l’escalier en portant de lourds sac à dos.

Voyage sur les terres du comte - 27/08/2005 : PoïenariIl nous faut une petite demi-heure pour parvenir au sommet de l’aplomb rocheux. Après quelques tractations avec le guide et garde local, nous arrivons à négocier de passer la nuit sur les lieux. S’ensuit une longue après-midi de Farniente dans les maigres ruines de l’imprenable forteresse de Vlad Tepes. A un moment, nous lions connaissance avec une famille roumaine en visite dans les ruines. Il y a l’aîné, sa petite amie, son frère, leur mère et leur tante. Nous échangeons de longues paroles sur la Roumanie, les vampires, le château et la France qui semble les attirer à n’en plus finir. Nous abordons même mon projet de site avec eux.

Nous prenons quelques photos de groupe et échangeons nos coordonnées email afin de pouvoir les leur envoyer. L’aîné récupère l’adresse du futur site Internet, et je lui promets de l’avertir dès que celui-ci sera en ligne. En écrivant ces mots, la nuit tombe sur les ruines. Demain nous redescendons dans la vallée, prenons l’autobus pour Curtea de Arges, puis pour Sibiu, avant-dernière halte de notre aventure roumaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *