Tracy, Jill. Into The Land of Phantoms

Le Into The Land of Phantoms de Jill Tracy fait parti de ces albums à part pour les amateurs des premiers temps du cinéma. La compositrice confirme en effet au fil de ses albums son attachement pour l’instrumental typé début de siècle qui renvoie le spectateur-auditeur à une époque où la musique n’était pas seulement un moyen de vendre de la bande-son formatée à tire-larigot. Précieux, ambiancé, inventif et pourtant très imprégné d’un savoir faire qu’on pourrait penser disparu, c’est un peu tout ça la musique de Jill Tracy.

Into The Land of Phantoms est à la base un matériau destiné à l’illustration sonore du Nosferatu de Murnau, à l’occasion de ciné-concert. Jill Tracy suit donc au plus près la trame du film, propulsant dans les premiers titres l’auditeur dans une ambiance cotonneuse portée par une dynamique piano / instruments à cordes quasi néoclassique, tout en distillant dès les premières notes un côté fragile, sur la lame du rasoir, qui sème les graines du récit à venir. Car dès l’apparition de Knock à l’écran, qui envoie Hutter auprès du comte Orlock, l’histoire prend un tournant inéluctable.

L’illustration sonore utilise à bon escient des bruitages qui permettent du coup aux titres d’Into The Land of Phantoms de rendre plus vivants les déplacements des personnages (la diligence qui emmène Hutter au château de Dracula), et de densifier la présence du son au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue.

L’ensemble se veut par ailleurs composé comme une vraie bande originale, avec ses thèmes récurrents (celui du personnage de Nosferatu, qui accompagne chaque passage à l’écran du comte campé par Max Schreck dans la version de Murnau, celui consacré à Van Helsing, qui rappelle par certains aspects le générique du Sherlock Holmes de la Grenada).

A mon sens, c’est cependant lors des déplacements des personnages que Jill Tracy offre les meilleurs moments de ces 38 pistes, avec un point d’orgue atteint lors du voyage de Dracula par mer. L’espace sonore y est autrement plus dense, plus compact, et l’aspect tragique du sort qui attend les marins est magnifiquement appuyé par les cordes lancinantes du violoncelle et les percussions entêtantes qui miment autant le roulis des vagues que la fatalité de la situation.

Pas avare en instruments variés, même si les cordes, le piano et les percussions dominent, Into The Land of Phantoms est à mes oreilles une des mises en musique les plus réussies du film de Murnau. Une ambiance, lancinante et tragique qui ne lasse à aucun moment et s’écoute avec grand plaisir.

Listes des titres

1. Nosferatu Main Title Theme 01:44
2. Nina and Harker in Love 01:24
3. Renfield Concocts a Scheme 02:21
4. Nina Warns Harker As He Departs 01:36
5. The Carriage Embarks on Its Journey 00:50
6. The Book of the Vampires 01:59
7. Approaching the Land of Phantoms 01:44
8. Aboard the Phantom Carriage 01:29
9. Nosferatu Appears 01:02
10. The Accident at Dinner 01:39
11. Morning 01:10
12. The Locket 01:06
13. Nosferatu Stalks Harker, Amidst Nina's Dreams 03:44
14. Discovering the Coffin 01:31
15. Harker Makes His Escape 01:13
16. The Ocean 00:51
17. Sailors Encounter the Rats 01:01
18. Doctor Van Helsing 00:44
19. Renfield Possessed 01:05
20. The Professor / Renfield Confined 01:05
21. Nina by the Seashore 01:22
22. The Ship 02:02
23. Tragedy At Sea 01:17
24. Terror Below the Deck 01:59
25. The Voyage of the Dead 01:06
26. Nina In A Trance 00:25
27. The Carriage 00:48
28. The Ship Arrives with Ominous Cargo 01:05
29. Nosferatu Carries His Coffin 01:53
30. Crossing the Waters 00:30
31. The Plague 03:22
32. Funeral Procession 00:43
33. Nina Learns the Truth About the Vampire 02:23
34. The Sick Lay Dying / Nina Realizes Her Fate 01:49
35. The Chase 01:40
36. Nina Awaits the Vampire 02:35
37. Nosferatu Sees the Sun 01:40
38. The Village Is Saved 01:00

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *