Ram Z – Kumar, Sumit. These Savage Shores

Alors que son manque de self-control met en danger leur existence, les vampires de Londres condamnent Lord Alain Pierrefont à l’exil. Il embarque à bord d’une expédition vers les Indes, non sans  distiller une certaine angoisse chez l’équipage. Arrivé sur place, le vampire se retrouve impliqué dans les tentatives de La Compagnie des Indes d’étendre son influence. Enivré par sa nouvelle liberté, il se laisse aller une fois de plus à ses instincts, mais découvrira que d’autres créatures de la nuit résident en ces lieux.

Arrivé sans crier gare au sein du catalogue HiComics (nouveau label BD des éditions Bragelonne), These Savage Shores est une minisérie imaginée par le scénariste Ram V, et initialement publiée chez Vault Comics, une petite structure indépendante. Le créateur, originaire de Mumbai, s’est déjà fait connaître  sur le marché indien avec la série Aghori. Établi à Londres, il a entre-temps été remarqué par DC Comics, qui lui a confié l’écriture d’une histoire mettant en scène Batman. Sumit Kumar, le dessinateur, a un parcours similaire. Illustrateur freelance basé en Inde, il a également travaillé pour DC Comics (Batman Joker War, DC Universe Rebirth…).

Les premières pages de These Savage Shores laissent un sentiment de déjà-vu pour l’amateur de fiction vampirique. Londres, la fin du XVIIIe siècle, l’existence d’aristocrates vampires décidés à rester discrets, la présence de chasseur de vampire… Même si l’histoire débute quelques années avant la publication des fictions vampiriques fondatrices (Le Vampyre, publié en 1819), tous les tropes définis successivement par Polidori, Le Fanu (Carmilla, 1872) et Stoker (Dracula, 1897) sont ici convoqués. Et pourtant, à partir du moment ou Alain Pierrefond pose le pied sur le sol indien, le lecteur comprend que Ram V a autre chose en tête qu’une simple chasse au vampire. Le contexte historique, avec La Compagnie des Indes qui cherche à étendre toujours plus son influence, prend l’ascendant sur l’histoire. Et dans le même temps, il y a la présence de ce mystérieux personnage masqué, qui raconte l’origine de sa race à sa jeune amante. De fait, le récit prend la direction d’un choc des civilisation sur deux plans. En toile de fond, le registre politico-économique, en premier plan le surnaturel. Car si les vampires d’Angleterre sont, à l’image de leurs pairs, des parasites, Bishan le rakshasa agit comme un protecteur pour son peuple.

Bluffant dans sa manière de faire correspondre ses sujets, la série de Ram V s’impose sur la forme comme une relecture de Dracula passé au prisme de la colonisation. Qu’il s’agisse  d’introduire un vampire dans un pays qui n’est pas le sien, ou de tisser une trame où la forme écrite est prépondérante, le récit rappelle le texte qui a inscrit dans le marbre les codes de la littérature vampirique. Pour autant, les auteurs s’en approprient totalement le propos. Dracula, entre autres thèmes, se faisait l’écho des angoisses de son époque vis à vis de l’empire colonial britannique. These Savage Shores montre le même empire sous un angle inversé, celui des colonisés auxquels on ne laisse finalement que peu de choix.

Le dessin de Sumit Kumar s’empare avec brio du scénario aux multiples facettes de Ram Z. Les cadrages ne cessent d’opposer les ombres et la lumière, soulignant parfaitement la psychologie des différents protagonistes. Mais il y a dans le même temps une mise en parallèle marquée entre le Londres georgien, brumeux et aux teintes grisâtres, et les teintes plus chaudes de L’Inde, qui dévoilent un pays plus proche de ses racines. Sur cet aspect graphique, la couleur de Vittorio Astone fait clairement la différence. Le dessin est totalement maîtrisé, s’intéressant aussi bien aux personnages qu’aux décors où ils évoluent. Sans oublier une manière très cinématographique de zoomer sur les visages.

Les vampires occidentaux mis en scène par les auteurs héritent des codes que leur ont conférés la littérature gothique et victorienne. Ce sont des aristocrates parasites, une main de fer dans un gant de velours qui se tapissent au cœur de la société. Et en même temps, il y a cette volonté de rester dissimulé, qui vaut à certains d’entre-eux d’être condamné à l’exil, si leurs exactions mettent en danger le groupe. Pour autant, hautain et sûr d’eux, ils seront ici confrontés à plus forte partie. Bishan est quant à lui un rakshasa, un vampire du panthéon hindou. Il partage avec les buveurs de sang anglais un besoin de sang et ne semble pouvoir révéler l’étendue de ses pouvoir que la nuit. A trop vouloir protéger les hommes, il paraît en avoir oublié ses propres origines.

Une série passionnante, menée de main de maître par deux auteurs à suivre de près. Au travers de These Savage Shores, Ram V et Sumit Kumar jouent avec les codes de la fiction vampirique tout en lui donnant un sens.

Ram Z - Kumar, Sumit. These Savage Shores

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *