Akaza, Samamiya. Bloody Mary, tome 2

Après avoir appris l’existence du « pouvoir de purification » dont seraient dotés ceux de sa famille, Ichiro Maria décide d’enquêter, comprenant qu’on lui a jusque-là dissimulé des choses. Il envoie donc Mary passer en revue certains ouvrages. Mais Ichiro sent aussi qu’une partie du mystère se cache dans les souvenirs qu’il a oublié. Des souvenirs qui pourraient l’amener sur la trace de celui qui a tué son propre père.

Si j’étais encore circonspect à la fin de la lecture du tome 1, ce deuxième volet poursuit avec intérêt les pistes distillées jusque-là. On y suit donc le duo Ichiro/Bloody, lié par la promesse du second de mettre un terme à l’existence du premier une fois qu’il aura exterminé l’ensemble de la communauté vampire. Leurs passés respectifs sont au cœur de cette suite, qui va mettre à l’épreuve leur relation, et voir de nouveaux protagonistes d’importance faire leur apparition.

Graphiquement, on est toujours face à un style marqué par le shojo, pour ne pas dire le yaoi : les personnages prennent le pas sur les décors, et leurs traits jouent sur une certaine ambiguïté sexuelle. Pour autant, il n’y a pas ici de sous-entendu homo-érotique, même si certains codes yaoi sont présents (notamment une quasi-absence de protagonistes féminins). A noter cependant l’existence de nombreuses cases / planches plus noires, qui voient les personnages s’intégrer au décor, appuyant pour beaucoup l’ambiance fantastico-gothique du titre

On apprend ici peu sur les vampires de l’univers, hormis un rappel concernant les différences de Bloody Mary, qui peut se passer de sang et survit même a un pieu enfoncé en plein cœur. Sans même parler de ses cheveux rouges, uniques pour son espèce. Ce deuxième volet nous permet en outre d’apprendre que le crucifix que porte Ichiro autour du cou est une arme particulièrement efficace contre les vampires, qui peut croitre (et se transformer en sceptre / lance) s’il est trempé dans le sang des Maria.

Une suite plutôt réussie, qui parvient à conserver la dynamique du premier opus, et donner corps aux secrets de famille qui entourent Ichiro. L’auteur parvient, malgré les poncifs mis en scène, à proposer une trame relativement intéressante, et à faire évoluer ses deux personnages principaux, clé de voûte du titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *