Akaza, Samamiya. Bloody Mary, tome 1

Bloody Mary, un vampire aux cheveux rouges, est bien décidé à en finir avec sa vie immortelle. Après avoir tout essayé pour mettre un terme avec sa non-vie, il apprend l’existence de la lignée des Maria, une famille d’exorcistes dont le sang à le pouvoir de conférer une force sans égale aux vampires. Mais a contrario, les membres de cette lignée semblent doté d’un pouvoir permettant de mettre un terme définitif à la vie d’un vampire. Sauf qu’Ichiro Maria, le prêtre sur lequel Bloody Mary a jeté son dévolu, n’est pas au fait du rituel. Entre le vampire décidé à en finir, et le jeune homme d’église bien décidé à survirve malgré les attaques incessantes des buveurs de sang, une étrange relation s’installe.

Au vu de la couverture, j’avais pensé à une nouvelle série yaoi, un genre dans lequel Soleil Manga a pour le moins publié ces dernières années, notamment quand il flirte avec le surnaturel. Pour autant, passé la couverture et le manque de personnages féminins intervenant dans le récit, l’homoérotisme est quasi absent de ce premier volet. Certes, on pourra pointer des scènes de morsures légèrement suggestives entre les deux personnages masculins centraux, mais leur relation ne semble pas parti pour évoluer en ce sens.

La mémoire est également un thème central dans l’histoire. D’un côté Mary, qui essaie d’oublier un événement tragique de son passé, de l’autre Ichiro, a qui on cache beaucoup de choses quant à ses pouvoirs et son passif familial. C’est autant autour de leur relation que sur leur quête (ou fuite) de la vérité que va se structurer le récit. Et pour le coup, l’histoire ne manque pas d’intérêt malgré quelques personnages secondaires archétypiques.

Côté dessin, le style rappelle fortement les autres yaoi de édités par Soleil. Des traits fins qui donnent vie à des personnages masculins aux physique souvent ambigus. Mais il y a une bonne homogénéité graphique sur l’ensemble de l’album, même si les premières planches en couleur (un incontournable) ne sont pas franchement convaincantes (elles permettent cependant de faire connaissance avec certaines caractéristiques fondamentales des personnages, à commencer par la couleur des cheveux de Mary.

Mary est le principal vampire mis ici en scène. Il semble quelque peu différent de ses pairs, notamment pour la couleur de ses cheveux, inhabituelle chez les vampires. Sa force semble conditionnée par le sang qu’il ingère, car se restreindre à ce niveau provoque des anémies qui le laissent sans force. Il semble a même de supporter (en se protégeant un minimum) la lumière du soleil, et a essayé énormément de méthodes pour s’ôter la vie… en vain. Il est également à même de percevoir l’odeur des personnes et lieux dont l’aura est religieuse.

Un premier opus plutôt réussi, sans pour autant révolutionner les mangas aux dents longues, qui pose les différents protagonistes en présence, et tisse d’emblée quelques fils d’intrigue plutôt accrocheurs. A voir si les prochains opus confirment cette lancée.

Laisser un commentaire